Selon De Tijd, la N-VA aurait laissé entendre, lors de son bureau, qu'une discussion avec le PS était possible au sujet de ce que les 2 partis voudraient faire ensemble. Le PS, lui, campe sur ses positions et refuse d'entamer les discussions avec les nationalistes, poussant Bart De Wever à accélérer la cadence au nord du pays. "Vous le constaterez immédiatement quand ce sera le cas", a toutefois souligné la cheffe de groupe N-VA au parlement bruxellois, Cieltje Van Achter, dans l'émission De Ochtend. "Le PS refuse toute discussion avec nous. Nous pas. Diaboliser, pendant des années, le plus grand parti du pays et le considérer comme 'cryptonazi' conduit naturellement à de l'ingouvernabilité. Ne me parlez pas d'hommes d'Etat. Ceux qui disent tant l'aimer le conduisent à la tombe", a de son côté tweeté Theo Francken. "Comment trouver une solution structurelle si on refuse d'entamer les discussions. Ne pas vouloir parler ensemble, c'est reconnaître une défaite intellectuelle", a-t-il ajouté, qualifiant d'"incompréhensible" l'attitude du PS. (Belga)