L'État du Kerala, région touristique du sud de l'Inde, est parmi les zones les plus durement touchées, avec un bilan provisoire de 67 morts. "Au moins 165.000 personnes ont été transférées dans plus de 1.318 camps de secours disséminés dans 14 districts de l'État", a déclaré un haut responsable de la police du Kerala. Le mauvais temps et les infrastructures endommagées ont rendu plus difficiles les opérations de secours, a-t-il ajouté. Des équipes de secours d'urgence, des soldats de la Marine et de l'Armée de l'Air ont contribué aux opérations à travers toutes les régions frappées par les intempéries. Dans l'État voisin du Karnataka, le bilan provisoire s'élève à 34 morts. "Au moins 14 autres personnes sont encore portées disparues", a précisé un responsable du gouvernement local. "Nous avons secouru environ 480.000 personnes, plus de 50.000 animaux et installé environ 1.100 camps qui abritent plus de 300.000 personnes". Au moins 136 routes et autoroutes de l'État ont été endommagées ou coupées par les inondations, a ajouté ce responsable. Les précipitations se sont atténuées dans l'État du Maharashtra, dans l'ouest de l'Inde, mais certains réservoirs de la région ont reçu des quantités d'eau record. "C'est une situation sans précédent", a ajouté le responsable. "Nous nous attendons à ce que les débits diminuent dans les quatre à cinq jours s'il ne pleut plus". Au moins 27 personnes ont été tuées dans le Maharashtra, où plusieurs villes importantes sont inondées depuis plusieurs jours, selon la presse. Des accidents causés par de fortes pluies dans le Gujarat, l'État d'origine du Premier ministre indien Narendra Modi, dans l'ouest de l'Inde, ont fait au moins 16 morts. Chaque année, les pluies de mousson sont attendues pour refaire le plein des réserves en eau mais elles coûtent aussi la vie à des centaines de personnes. (Belga)