Le report de la motion de méfiance a été proposée par le chef de groupe PS, Jean-Marie Heyne. "Notre groupe n'a pas voulu intervenir dans les conflits de la majorité 'Entente Citoyenne' mais je devrais plutôt dire mésentente citoyenne. Ce n'est pas à nous de trancher les problèmes internes à la majorité. Le bourgmestre nous a distribué un dossier juridique et nous avions un quart d'heure pour l'analyser. Nous n'avons pas voulu rentrer dans leur conflit mais avons fait des propositions constructives pour la gestion de la commune", a-t-il expliqué. Le climat au conseil communal était extrêmement tendu, la salle était comble et de nombreux citoyens patientaient devant la porte. C'est finalement l'opposition qui est venue au secours du bourgmestre. La motion de méfiance avait été signée par cinq élus de la majorité qui dénonçaient un conflit d'intérêt et une ingérence du bourgmestre dans la gestion du CPAS où travaille sa compagne. Celle-ci accusait notamment sa directrice de harcèlement. Les signataires avaient proposé le remplacement de Thierry Missaire par le premier échevin Jérôme de Neuville. (Belga)

Le report de la motion de méfiance a été proposée par le chef de groupe PS, Jean-Marie Heyne. "Notre groupe n'a pas voulu intervenir dans les conflits de la majorité 'Entente Citoyenne' mais je devrais plutôt dire mésentente citoyenne. Ce n'est pas à nous de trancher les problèmes internes à la majorité. Le bourgmestre nous a distribué un dossier juridique et nous avions un quart d'heure pour l'analyser. Nous n'avons pas voulu rentrer dans leur conflit mais avons fait des propositions constructives pour la gestion de la commune", a-t-il expliqué. Le climat au conseil communal était extrêmement tendu, la salle était comble et de nombreux citoyens patientaient devant la porte. C'est finalement l'opposition qui est venue au secours du bourgmestre. La motion de méfiance avait été signée par cinq élus de la majorité qui dénonçaient un conflit d'intérêt et une ingérence du bourgmestre dans la gestion du CPAS où travaille sa compagne. Celle-ci accusait notamment sa directrice de harcèlement. Les signataires avaient proposé le remplacement de Thierry Missaire par le premier échevin Jérôme de Neuville. (Belga)