"Il s'agit de comprendre les origines de la pandémie, non de trouver un responsable", a déclaré le directeur des questions d'urgence sanitaire à l'OMS, Michael Ryan. "Il s'agit de trouver les réponses scientifiques au face-à-face entre l'homme et l'animal", a-t-il ajouté. "C'est une nécessité absolue". "Ce sont des réponses que nous cherchons, non des coupables ou des accusés", a-t-il fait valoir. Les très attendus enquêteurs de l'OMS chargés de se pencher sur l'origine du coronavirus arriveront enfin en Chine cette semaine, a annoncé Pékin lundi, un an après le signalement du premier mort dans ce pays. La visite de ces 10 experts de l'OMS est ultra-sensible pour le régime chinois, soucieux d'écarter toute responsabilité dans l'épidémie qui a fait plus de 1,9 million de morts dans le monde, alors qu'elle est pratiquement éradiquée en Chine. Dans un communiqué, le ministère chinois de la Santé a annoncé que la visite des experts démarrerait jeudi, une semaine après le report du voyage prévu mercredi dernier. Le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait très inhabituellement laissé percer son agacement à l'endroit de Pékin, se disant "très déçu" par ce report. La mission est composée de dix scientifiques (Danemark, Royaume-Uni, Pays-Bas, Australie, Russie, Vietnam, Allemagne, Etats-Unis, Qatar et Japon) reconnus dans leurs différents domaines de compétence. Ils devraient se rendre à Wuhan, première ville du monde placée en quarantaine le 23 janvier dernier. (Belga)

"Il s'agit de comprendre les origines de la pandémie, non de trouver un responsable", a déclaré le directeur des questions d'urgence sanitaire à l'OMS, Michael Ryan. "Il s'agit de trouver les réponses scientifiques au face-à-face entre l'homme et l'animal", a-t-il ajouté. "C'est une nécessité absolue". "Ce sont des réponses que nous cherchons, non des coupables ou des accusés", a-t-il fait valoir. Les très attendus enquêteurs de l'OMS chargés de se pencher sur l'origine du coronavirus arriveront enfin en Chine cette semaine, a annoncé Pékin lundi, un an après le signalement du premier mort dans ce pays. La visite de ces 10 experts de l'OMS est ultra-sensible pour le régime chinois, soucieux d'écarter toute responsabilité dans l'épidémie qui a fait plus de 1,9 million de morts dans le monde, alors qu'elle est pratiquement éradiquée en Chine. Dans un communiqué, le ministère chinois de la Santé a annoncé que la visite des experts démarrerait jeudi, une semaine après le report du voyage prévu mercredi dernier. Le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, avait très inhabituellement laissé percer son agacement à l'endroit de Pékin, se disant "très déçu" par ce report. La mission est composée de dix scientifiques (Danemark, Royaume-Uni, Pays-Bas, Australie, Russie, Vietnam, Allemagne, Etats-Unis, Qatar et Japon) reconnus dans leurs différents domaines de compétence. Ils devraient se rendre à Wuhan, première ville du monde placée en quarantaine le 23 janvier dernier. (Belga)