"La frégate Léopold Ier s'entraîne pour obtenir sa certification et partir exécuter sa mission. En ce moment, le personnel suit un entrainement intensif pour atteindre les standards nécessaires. Seulement alors, le commandement donnera son feu vert pour envoyer la frégate rejoindre la flotte permanente de l'Otan SNMG1 (Standing Nato Maritime Group 1)", a indiqué la Marine dans une déclaration à l'agence Belga. ""Avant de déployer un navire en mission, le commandement de la Marine veut être sûr qu'il puisse l'exécuter en toute sécurité. Nous ne transigeons pas avec la sécurité", a précisé le commandant de la composante navale, l'amiral de division Jan De Beurme, dans ce texte diffusé samedi après-midi. Le F930 Léopold 1, l'une des deux frégates polyvalentes de la Marine, a entamé, du 9 au 13 septembre derniers, une partie de la certification nécessaire à sa participation à des exercices dans le haut spectre des opérations militaires, comme Dynamic Mariner-21/Joint Warrior 21-2. Cette vaste manoeuvre se déroule depuis le 17 septembre au large du Royaume-Uni, rassemblant des navires, des sous-marins, des avions, des hélicoptères et des troupes terrestres de vingt pays de l'Otan. Selon la VRT, la frégate s'est vu contrainte de renoncer à Joint Warrior, en raison du manque d'expérience de l'équipage (plus de 180 hommes et femmes), qui ne répond pas aux standards requis. "C'est du jamais vu. Un flop pour notre marine", a affirmé, sous le couvert de l'anonymat, un officier de marine à la chaîne publique. "Il est indispensable de compenser le manque d'expérience (équipage jeune) par de l'entraînement. Celui-ci se poursuivra jusqu'à ce que le navire atteigne le niveau de sécurité requis. Si tout va bien, la frégate rejoindra la flotte SNMG 1 dans le courant de la semaine prochaine", a souligné la Marine. (Belga)

"La frégate Léopold Ier s'entraîne pour obtenir sa certification et partir exécuter sa mission. En ce moment, le personnel suit un entrainement intensif pour atteindre les standards nécessaires. Seulement alors, le commandement donnera son feu vert pour envoyer la frégate rejoindre la flotte permanente de l'Otan SNMG1 (Standing Nato Maritime Group 1)", a indiqué la Marine dans une déclaration à l'agence Belga. ""Avant de déployer un navire en mission, le commandement de la Marine veut être sûr qu'il puisse l'exécuter en toute sécurité. Nous ne transigeons pas avec la sécurité", a précisé le commandant de la composante navale, l'amiral de division Jan De Beurme, dans ce texte diffusé samedi après-midi. Le F930 Léopold 1, l'une des deux frégates polyvalentes de la Marine, a entamé, du 9 au 13 septembre derniers, une partie de la certification nécessaire à sa participation à des exercices dans le haut spectre des opérations militaires, comme Dynamic Mariner-21/Joint Warrior 21-2. Cette vaste manoeuvre se déroule depuis le 17 septembre au large du Royaume-Uni, rassemblant des navires, des sous-marins, des avions, des hélicoptères et des troupes terrestres de vingt pays de l'Otan. Selon la VRT, la frégate s'est vu contrainte de renoncer à Joint Warrior, en raison du manque d'expérience de l'équipage (plus de 180 hommes et femmes), qui ne répond pas aux standards requis. "C'est du jamais vu. Un flop pour notre marine", a affirmé, sous le couvert de l'anonymat, un officier de marine à la chaîne publique. "Il est indispensable de compenser le manque d'expérience (équipage jeune) par de l'entraînement. Celui-ci se poursuivra jusqu'à ce que le navire atteigne le niveau de sécurité requis. Si tout va bien, la frégate rejoindra la flotte SNMG 1 dans le courant de la semaine prochaine", a souligné la Marine. (Belga)