Les enfants ne sont d'ailleurs pas les seuls à souffrir de la faim: 95% des ménages ne mangent en effet pas à leur faim en Afghanistan et de nombreux adultes sautent un ou plusieurs repas afin de pouvoir nourrir leurs enfants, selon diverses études du PAM. Mais comme les enfants sont plus susceptibles de tomber malades, ils sont plus touchés que les adultes par l'accès limité du pays à l'eau, à la nourriture et aux soins de santé. La propagation rapide des épidémies de rougeole et de diarrhée aiguë ne fera qu'aggraver la situation, craint par ailleurs l'Unicef. L'Unicef et le PAM ont ainsi déployé une centaine d'équipes mobiles de santé et de nutrition, en plus des 168 équipes mobiles qui opèrent déjà dans les zones difficiles d'accès en Afghanistan. Ce dispositif devrait permettre à plus de 210.000 enfants souffrant de malnutrition sévère d'être soignés cette année, poursuit le Fonds des Nations unies pour l'enfance, qui a déjà pris en charge plus de 42.000 enfants au cours des huit dernières semaines. L'Unicef avait indiqué fin août s'attendre à ce qu'une aide humanitaire supplémentaire soit nécessaire alors que les talibans venaient de s'emparer du pouvoir après le départ des troupes américaines. "Une grave sécheresse sévit et l'eau est rare. Les conséquences socio-économiques de la pandémie de coronavirus et l'hiver à venir signifient également qu'encore plus d'enfants ont besoin d'aide", avait déclaré l'organisation des Nations unies à l'époque. (Belga)

Les enfants ne sont d'ailleurs pas les seuls à souffrir de la faim: 95% des ménages ne mangent en effet pas à leur faim en Afghanistan et de nombreux adultes sautent un ou plusieurs repas afin de pouvoir nourrir leurs enfants, selon diverses études du PAM. Mais comme les enfants sont plus susceptibles de tomber malades, ils sont plus touchés que les adultes par l'accès limité du pays à l'eau, à la nourriture et aux soins de santé. La propagation rapide des épidémies de rougeole et de diarrhée aiguë ne fera qu'aggraver la situation, craint par ailleurs l'Unicef. L'Unicef et le PAM ont ainsi déployé une centaine d'équipes mobiles de santé et de nutrition, en plus des 168 équipes mobiles qui opèrent déjà dans les zones difficiles d'accès en Afghanistan. Ce dispositif devrait permettre à plus de 210.000 enfants souffrant de malnutrition sévère d'être soignés cette année, poursuit le Fonds des Nations unies pour l'enfance, qui a déjà pris en charge plus de 42.000 enfants au cours des huit dernières semaines. L'Unicef avait indiqué fin août s'attendre à ce qu'une aide humanitaire supplémentaire soit nécessaire alors que les talibans venaient de s'emparer du pouvoir après le départ des troupes américaines. "Une grave sécheresse sévit et l'eau est rare. Les conséquences socio-économiques de la pandémie de coronavirus et l'hiver à venir signifient également qu'encore plus d'enfants ont besoin d'aide", avait déclaré l'organisation des Nations unies à l'époque. (Belga)