A cette occasion, le chef du groupe cdH Benoît Cerexhe a indiqué que la volonté de son parti avait été d'écrire une autre histoire de l'avenir, mais qu'à défaut, le cdH ne bloquerait pas le fonctionnement de la Région bruxelloise, les enjeux pour les Bruxellois(es) étant bien trop importants. M. Cerexhe a toutefois souligné que la confiance se gagnait "par les actes posés, et ceux posés au cours des derniers jours n'y ont guère contribué, les insultes d'hier soir encore moins". M. Cerexhe faisait ainsi allusion aux propos du ministre-président Rudi Vervoort devant les militants socialistes bruxellois. Celui-ci avait réattribué les rôles du film de western "Le bon, la brute et le truand", respectivement aux cdH Céline Fremault, Hamza Fassi-Fihri "qui tape comme un malade", et à Benoît Cerexhe, "la quintessence du jésuite qui vous vendrait un chat dans un sac". "Nous verrons si les actes que vous poserez dans le futur nourriront un peu, ou un peu beaucoup, la confiance en espérant qu'ils soient ceux d'un arbitre plutôt que ceux d'un militant de base amateur de western spaghetti, tout comme devra la nourrir l'engagement sans concession dans la transparente des pratiques", a justifié le chef du groupe cdH. Au nom de son groupe, Ahmed El Khannouss s'est abstenu dans ce contexte, mais aussi pour rappeler "que c'est pour les mêmes raisons que le cdH a décidé en 2012 de rebattre les cartes à Molenbeek", renvoyant le PS dans l'opposition. La majorité a reçu l'appui de l'élue indépendante Mahinur Ozdemir, exclue du cdH. Celle-ci a souligné qu'elle s'est était engagée il y a trois ans en faveur du projet de la majorité et qu'elle n'avait "pas l'habitude de renier sa parole". (Belga)

A cette occasion, le chef du groupe cdH Benoît Cerexhe a indiqué que la volonté de son parti avait été d'écrire une autre histoire de l'avenir, mais qu'à défaut, le cdH ne bloquerait pas le fonctionnement de la Région bruxelloise, les enjeux pour les Bruxellois(es) étant bien trop importants. M. Cerexhe a toutefois souligné que la confiance se gagnait "par les actes posés, et ceux posés au cours des derniers jours n'y ont guère contribué, les insultes d'hier soir encore moins". M. Cerexhe faisait ainsi allusion aux propos du ministre-président Rudi Vervoort devant les militants socialistes bruxellois. Celui-ci avait réattribué les rôles du film de western "Le bon, la brute et le truand", respectivement aux cdH Céline Fremault, Hamza Fassi-Fihri "qui tape comme un malade", et à Benoît Cerexhe, "la quintessence du jésuite qui vous vendrait un chat dans un sac". "Nous verrons si les actes que vous poserez dans le futur nourriront un peu, ou un peu beaucoup, la confiance en espérant qu'ils soient ceux d'un arbitre plutôt que ceux d'un militant de base amateur de western spaghetti, tout comme devra la nourrir l'engagement sans concession dans la transparente des pratiques", a justifié le chef du groupe cdH. Au nom de son groupe, Ahmed El Khannouss s'est abstenu dans ce contexte, mais aussi pour rappeler "que c'est pour les mêmes raisons que le cdH a décidé en 2012 de rebattre les cartes à Molenbeek", renvoyant le PS dans l'opposition. La majorité a reçu l'appui de l'élue indépendante Mahinur Ozdemir, exclue du cdH. Celle-ci a souligné qu'elle s'est était engagée il y a trois ans en faveur du projet de la majorité et qu'elle n'avait "pas l'habitude de renier sa parole". (Belga)