Cette démarche s'inscrit dans la dynamique de la Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique, ont précisé les ministres. "Le harcèlement installe un rapport de pouvoir inacceptable. Cette future campagne entend faire évoluer les mentalités, remettre la notion de consentement au centre des échanges entre hommes et femmes. Elle devra aussi permettre aux victimes d'en référer à un service de soutien en cas d'agression", a commenté Christie Morreale. "Les transports en commun sont malheureusement des lieux propices au harcèlement sexiste. Il est donc essentiel d'agir directement dans ces espaces et de combattre cette problématique de manière transversale", a renchéri Philippe Henry. Selon une étude menée en 2017 auprès de 500 femmes en Wallonie et à Bruxelles, 98% d'entre elles avaient déjà été victimes de harcèlement sexiste dans l'espace public et seules 3% avaient déposé plainte. (Belga)

Cette démarche s'inscrit dans la dynamique de la Convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l'égard des femmes et la violence domestique, ont précisé les ministres. "Le harcèlement installe un rapport de pouvoir inacceptable. Cette future campagne entend faire évoluer les mentalités, remettre la notion de consentement au centre des échanges entre hommes et femmes. Elle devra aussi permettre aux victimes d'en référer à un service de soutien en cas d'agression", a commenté Christie Morreale. "Les transports en commun sont malheureusement des lieux propices au harcèlement sexiste. Il est donc essentiel d'agir directement dans ces espaces et de combattre cette problématique de manière transversale", a renchéri Philippe Henry. Selon une étude menée en 2017 auprès de 500 femmes en Wallonie et à Bruxelles, 98% d'entre elles avaient déjà été victimes de harcèlement sexiste dans l'espace public et seules 3% avaient déposé plainte. (Belga)