La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) défend le choix des sept autres grandes priorités, comme la drogue et la sécurité routière. La fraude sociale grave et organisée, telle que l'abus de prestations sociales, reste également une priorité absolue pour la police. Le plan sera présenté aux entités fédérées lors de la Conférence interministérielle de vendredi. Dans la majorité fédérale, le groupe PS à la Chambre s'insurge et prévient : "le PS n'apportera pas son soutien à un plan de sécurité au rabais sur la fraude fiscale", a déclaré son chef de groupe Ahmed Laaouej dans une réaction à Belga. "Cela me choque quand on voit qu'un nouveau scandale éclate chaque mois. Le gouvernement doit revoir sa copie et replacer la fraude fiscale dans le top 7, qui peut devenir un top 8." "Une telle orientation est incompréhensible, surtout après les Pandora Papers", a pour sa part réagi le député d'opposition Marco Van Hees (PTB), dans un communiqué. "Mais c'est dans la continuité de la politique d'une Vivaldi qui, manifestement, préfère traquer les travailleurs malades de longue durée." (Belga)

La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) défend le choix des sept autres grandes priorités, comme la drogue et la sécurité routière. La fraude sociale grave et organisée, telle que l'abus de prestations sociales, reste également une priorité absolue pour la police. Le plan sera présenté aux entités fédérées lors de la Conférence interministérielle de vendredi. Dans la majorité fédérale, le groupe PS à la Chambre s'insurge et prévient : "le PS n'apportera pas son soutien à un plan de sécurité au rabais sur la fraude fiscale", a déclaré son chef de groupe Ahmed Laaouej dans une réaction à Belga. "Cela me choque quand on voit qu'un nouveau scandale éclate chaque mois. Le gouvernement doit revoir sa copie et replacer la fraude fiscale dans le top 7, qui peut devenir un top 8." "Une telle orientation est incompréhensible, surtout après les Pandora Papers", a pour sa part réagi le député d'opposition Marco Van Hees (PTB), dans un communiqué. "Mais c'est dans la continuité de la politique d'une Vivaldi qui, manifestement, préfère traquer les travailleurs malades de longue durée." (Belga)