Dimanche, lors de la Journée des Familles, le président du cdH, Benoît Lutgen, a demandé que l'écart de financement entre les écoles libres et les écoles officielles soit résorbé. Il a plaidé en faveur d'un financement à parts égales des infrastructures scolaires du libre et de l'officiel subventionné. Il a également réclamé que soit poursuivi le rattrapage des subventions de fonctionnement du libre.

L'accord de la Saint Boniface prévoit en effet que les écoles libres, catholiques ou autres,doivent recevoir une subvention par élève équivalente à 75 % de la dotation accordée aux écoles du réseau officiel. Actuellement, la part est de 62 % et, pour le cdH, l'effort doit se poursuivre.

"Il faut respecter l'accord mais c'est l'ensemble de l'enseignement qui doit disposer de moyens. La lutte contre l'échec scolaire doit être une priorité dans l'ensemble des réseaux et pour l'ensemble des enfants; pas seulement pour les enfants d'un seul réseau", a commenté Thierry Giet.

Levif.be avec Belga

Dimanche, lors de la Journée des Familles, le président du cdH, Benoît Lutgen, a demandé que l'écart de financement entre les écoles libres et les écoles officielles soit résorbé. Il a plaidé en faveur d'un financement à parts égales des infrastructures scolaires du libre et de l'officiel subventionné. Il a également réclamé que soit poursuivi le rattrapage des subventions de fonctionnement du libre. L'accord de la Saint Boniface prévoit en effet que les écoles libres, catholiques ou autres,doivent recevoir une subvention par élève équivalente à 75 % de la dotation accordée aux écoles du réseau officiel. Actuellement, la part est de 62 % et, pour le cdH, l'effort doit se poursuivre. "Il faut respecter l'accord mais c'est l'ensemble de l'enseignement qui doit disposer de moyens. La lutte contre l'échec scolaire doit être une priorité dans l'ensemble des réseaux et pour l'ensemble des enfants; pas seulement pour les enfants d'un seul réseau", a commenté Thierry Giet.Levif.be avec Belga