Interrogé en séance plénière du Parlement de la Fédération par le député d'opposition François Desquesnes (cdH), M. Jeholet, qui siège au CNS, a rappelé que ce chiffre de 50 avait été arrêté sur base des recommandations des experts sanitaires chargés de la sortie du déconfinement (GEES). Mais pour beaucoup de parents d'enfants et chefs scouts, fixer un tel plafond revient à devoir scinder les camps prévus, ou exclure certains participants, de nombreuses unités scouts comptant plus de 50 membres. Dans sa question, M. Desquesnes a dit ne pas comprendre ce chiffre alors que 100 personnes sont autorisées pour les mariages ou les funérailles, et même 200 personnes pour certaines activités culturelles ou sportives. Pour M. Jeholet, mettre ces deux chiffres en regard du plafond de 50 enfants pour les camps scouts revient à "comparer des pommes et des poires". Alors que les funérailles, mariages et autres activités culturelles ou sportives sont des événements ponctuels, les camps scouts s'étalent, eux, sur plusieurs jours. La vie en communauté des scouts rend par ailleurs impossible tout distanciation entre jeunes, a justifié le ministre-président. "On n'est pas encore de retour à la vie normale. Le virus est toujours présent", a conclu M. Jeholet. (Belga)

Interrogé en séance plénière du Parlement de la Fédération par le député d'opposition François Desquesnes (cdH), M. Jeholet, qui siège au CNS, a rappelé que ce chiffre de 50 avait été arrêté sur base des recommandations des experts sanitaires chargés de la sortie du déconfinement (GEES). Mais pour beaucoup de parents d'enfants et chefs scouts, fixer un tel plafond revient à devoir scinder les camps prévus, ou exclure certains participants, de nombreuses unités scouts comptant plus de 50 membres. Dans sa question, M. Desquesnes a dit ne pas comprendre ce chiffre alors que 100 personnes sont autorisées pour les mariages ou les funérailles, et même 200 personnes pour certaines activités culturelles ou sportives. Pour M. Jeholet, mettre ces deux chiffres en regard du plafond de 50 enfants pour les camps scouts revient à "comparer des pommes et des poires". Alors que les funérailles, mariages et autres activités culturelles ou sportives sont des événements ponctuels, les camps scouts s'étalent, eux, sur plusieurs jours. La vie en communauté des scouts rend par ailleurs impossible tout distanciation entre jeunes, a justifié le ministre-président. "On n'est pas encore de retour à la vie normale. Le virus est toujours présent", a conclu M. Jeholet. (Belga)