"Le braille, créé il y a plus de 200 ans, permet l'autonomie des personnes, la maîtrise de l'écrit -et donc de l'orthographe - et s'adapte à toutes nos nouvelles technologies", explique Nathalie Danjou, responsable du service de transcription, faisant référence au braille numérique. Les livres en braille prennent à peu près 4 à 5 fois plus de place que le "noir", à savoir l'écriture. "Cela représente en outre énormément de travail d'enbossage, de reliure." Le braille numérique va permettre aux personnes malvoyantes et aveugles d'avoir, à l'instar d'une liseuse, trois ou quatre livres en même temps sur un petit format. Les personnes déficientes font également face à la "famine du livre"; elles n'ont accès qu'à 5% des livres et brochures du marché. "Notre souhait, c'est d'avoir un beau catalogue pour compenser cette famine. Le braille numérique est une solution; c'est un support que nous voulons développer", souligne encore Nathalie Danjou. Les tablettes permettant de lire le braille numérique sont toujours à l'état de prototype mais la logique ne change pas: "vous avez un système d'exploitation, en-dessous la barrette braille (barre munie de picots mobiles permettant de transcrire en braille et en instantané ce qui s'affiche sur un écran), un système de lecteur qui va permettre une restitution en vocal et en braille, ainsi qu'un écran. La beauté sera, par exemple, pour un enfant de pouvoir travailler sur la tablette via l'audio et le braille tandis que ses parents pourront visionner ce qu'il est en train de faire, via l'écran", détaille Julien Rolin, responsable adjoint des services emploi et formation à la Ligue. La Ligue Braille, subsidiée à 20% par les autorités et financée à 80% par les dons, aide gratuitement plus de 14.200 personnes aveugles et malvoyantes partout en Belgique. Elle propose notamment des formations d'apprentissage du braille, d'aide à la mobilité, de réorientation professionnelle mais également une bibliothèque francophone qui présente des ouvrages en braille, en grands caractères ou en audio. Pour l'occasion mercredi, Manneken Pis était déguisé en écolier malvoyant accompagné de son chien-guide. (Belga)

"Le braille, créé il y a plus de 200 ans, permet l'autonomie des personnes, la maîtrise de l'écrit -et donc de l'orthographe - et s'adapte à toutes nos nouvelles technologies", explique Nathalie Danjou, responsable du service de transcription, faisant référence au braille numérique. Les livres en braille prennent à peu près 4 à 5 fois plus de place que le "noir", à savoir l'écriture. "Cela représente en outre énormément de travail d'enbossage, de reliure." Le braille numérique va permettre aux personnes malvoyantes et aveugles d'avoir, à l'instar d'une liseuse, trois ou quatre livres en même temps sur un petit format. Les personnes déficientes font également face à la "famine du livre"; elles n'ont accès qu'à 5% des livres et brochures du marché. "Notre souhait, c'est d'avoir un beau catalogue pour compenser cette famine. Le braille numérique est une solution; c'est un support que nous voulons développer", souligne encore Nathalie Danjou. Les tablettes permettant de lire le braille numérique sont toujours à l'état de prototype mais la logique ne change pas: "vous avez un système d'exploitation, en-dessous la barrette braille (barre munie de picots mobiles permettant de transcrire en braille et en instantané ce qui s'affiche sur un écran), un système de lecteur qui va permettre une restitution en vocal et en braille, ainsi qu'un écran. La beauté sera, par exemple, pour un enfant de pouvoir travailler sur la tablette via l'audio et le braille tandis que ses parents pourront visionner ce qu'il est en train de faire, via l'écran", détaille Julien Rolin, responsable adjoint des services emploi et formation à la Ligue. La Ligue Braille, subsidiée à 20% par les autorités et financée à 80% par les dons, aide gratuitement plus de 14.200 personnes aveugles et malvoyantes partout en Belgique. Elle propose notamment des formations d'apprentissage du braille, d'aide à la mobilité, de réorientation professionnelle mais également une bibliothèque francophone qui présente des ouvrages en braille, en grands caractères ou en audio. Pour l'occasion mercredi, Manneken Pis était déguisé en écolier malvoyant accompagné de son chien-guide. (Belga)