Habitué des tensions avec Bruxelles, M. Orban a dépêché des experts pour surveiller le développement de vaccins en Russie et en Chine, et reçu des échantillons du vaccin russe Spoutnik V. "Nous savons que le vaccin russe est bon, mais il n'y en a pas assez et il n'y en aura probablement pas assez à l'avenir au vu des capacités de production limitées", a indiqué dimanche M. Orban dans un entretien accordé à la radio publique hongroise. Comparé à Spoutnik V, "le (vaccin) chinois est plus prometteur, il semble qu'il sera disponible plus tôt et en plus grande quantité", a dit le Premier ministre. "Idéalement, vous serez à même de choisir si vous voulez vous faire vacciner avec un vaccin occidental ou un vaccin chinois", a-t-il ajouté. En novembre, la Hongrie s'était vantée d'être le premier pays européen à recevoir des échantillons de test du vaccin russe. La Commission européenne avait alors lancé une mise en garde à Budapest, rappelant qu'"un vaccin ne pourrait obtenir une autorisation de commercialisation qu'après une étude approfondie" par le régulateur, l'Agence européenne des médicaments (EMA). Viktor Orban s'est dit dimanche "pas satisfait du rythme" d'acquisition des vaccins par l'Union européenne. "Il y avait des fabricants dont les produits étaient disponibles plus tôt au Canada, au Royaume-Uni et en Israël que par exemple dans l'UE", a-t-il regretté. "Mais c'est le travail de Bruxelles, ils s'en occupent", a-t-il ajouté. "Nous nous occupons du réseau de contact dans l'Est, car Bruxelles ne le fait pas", a-t-il affirmé. Souvent en désaccord avec Bruxelles qui l'accuse de saper les valeurs démocratiques, le gouvernement hongrois s'est une nouvelle fois distingué en débutant la campagne de vaccination un jour plus tôt que prévu dans l'ensemble de l'Union européenne. Après avoir reçu sa première livraison du vaccin contre le coronavirus Pfizer-BioNTech de fabrication belge le 26 décembre, il avait immédiatement commencé à administrer le vaccin, contournant le début conjoint de l'UE qui avait commencé un jour plus tard. (Belga)

Habitué des tensions avec Bruxelles, M. Orban a dépêché des experts pour surveiller le développement de vaccins en Russie et en Chine, et reçu des échantillons du vaccin russe Spoutnik V. "Nous savons que le vaccin russe est bon, mais il n'y en a pas assez et il n'y en aura probablement pas assez à l'avenir au vu des capacités de production limitées", a indiqué dimanche M. Orban dans un entretien accordé à la radio publique hongroise. Comparé à Spoutnik V, "le (vaccin) chinois est plus prometteur, il semble qu'il sera disponible plus tôt et en plus grande quantité", a dit le Premier ministre. "Idéalement, vous serez à même de choisir si vous voulez vous faire vacciner avec un vaccin occidental ou un vaccin chinois", a-t-il ajouté. En novembre, la Hongrie s'était vantée d'être le premier pays européen à recevoir des échantillons de test du vaccin russe. La Commission européenne avait alors lancé une mise en garde à Budapest, rappelant qu'"un vaccin ne pourrait obtenir une autorisation de commercialisation qu'après une étude approfondie" par le régulateur, l'Agence européenne des médicaments (EMA). Viktor Orban s'est dit dimanche "pas satisfait du rythme" d'acquisition des vaccins par l'Union européenne. "Il y avait des fabricants dont les produits étaient disponibles plus tôt au Canada, au Royaume-Uni et en Israël que par exemple dans l'UE", a-t-il regretté. "Mais c'est le travail de Bruxelles, ils s'en occupent", a-t-il ajouté. "Nous nous occupons du réseau de contact dans l'Est, car Bruxelles ne le fait pas", a-t-il affirmé. Souvent en désaccord avec Bruxelles qui l'accuse de saper les valeurs démocratiques, le gouvernement hongrois s'est une nouvelle fois distingué en débutant la campagne de vaccination un jour plus tôt que prévu dans l'ensemble de l'Union européenne. Après avoir reçu sa première livraison du vaccin contre le coronavirus Pfizer-BioNTech de fabrication belge le 26 décembre, il avait immédiatement commencé à administrer le vaccin, contournant le début conjoint de l'UE qui avait commencé un jour plus tard. (Belga)