La Hongrie a le droit de savoir "quel type de politique pro-migration est préparée par la bureaucratie bruxelloise", écrit-il sur le réseau social. "Nous avons dès lors lancé une campagne d'information qui, comme prévu, se terminera le 15 mars." Depuis une semaine et demie, des affiches sont placardées dans toute la Hongrie. On peut y voir Jean-Claude Juncker et George Soros, un milliardaire libéral américain d'origine hongroise, représentés peu flatteusement avec des affirmations insinuant qu'ils soutiennent tous deux l'immigration clandestine vers l'Europe. Des allégations que la Commission européenne a réfutées à plusieurs reprises. La campagne a suscité l'indignation, en particulier au sein du Parti populaire européen (PPE). Le CD&V, le cdH et les partis membres provenant du Luxembourg, de la Finlande, de la Suède et du Portugal ont demandé l'exclusion du mouvement du Fidesz, le parti gouvernemental hongrois. (Belga)

La Hongrie a le droit de savoir "quel type de politique pro-migration est préparée par la bureaucratie bruxelloise", écrit-il sur le réseau social. "Nous avons dès lors lancé une campagne d'information qui, comme prévu, se terminera le 15 mars." Depuis une semaine et demie, des affiches sont placardées dans toute la Hongrie. On peut y voir Jean-Claude Juncker et George Soros, un milliardaire libéral américain d'origine hongroise, représentés peu flatteusement avec des affirmations insinuant qu'ils soutiennent tous deux l'immigration clandestine vers l'Europe. Des allégations que la Commission européenne a réfutées à plusieurs reprises. La campagne a suscité l'indignation, en particulier au sein du Parti populaire européen (PPE). Le CD&V, le cdH et les partis membres provenant du Luxembourg, de la Finlande, de la Suède et du Portugal ont demandé l'exclusion du mouvement du Fidesz, le parti gouvernemental hongrois. (Belga)