Le Logement molenbeekois gère un parc locatif de 3.340 logements sociaux, situés à Molenbeek. Il s'agit d'une des trois plus importantes Société immobilière de Service public (SISP) de la Région bruxelloise. Un rapport intermédiaire jugé "accablant", dont La Libre a pu prendre connaissance, met le doute sur la bonne gestion de la structure. Procédures d'achats, gestion des garanties locatives, charges locatives... S'il est encor...

Le Logement molenbeekois gère un parc locatif de 3.340 logements sociaux, situés à Molenbeek. Il s'agit d'une des trois plus importantes Société immobilière de Service public (SISP) de la Région bruxelloise. Un rapport intermédiaire jugé "accablant", dont La Libre a pu prendre connaissance, met le doute sur la bonne gestion de la structure. Procédures d'achats, gestion des garanties locatives, charges locatives... S'il est encore trop tôt pour dire que l'on assiste à un nouveau scandale de type Samusocial, l'audit "met en lumière des faits graves". C'est la société Ernst & Young (EY) qui a été chargée d'analyser sa gestion et son fonctionnement. Selon cet audit indépendant demandé par la Société du logement de la Région de Bruxelles-Capitale (SLRB) et la ministre de tutelle Céline Fremault (cdH), plus de la moitié des factures analysées entre 2013 et 2017 n'ont pas de bons de commande préalable. Un fournisseur a également été sélectionné sans procédure de marché public pour une facture dépassant les 300.000 euros par an, ce qui sème le doute sur de potentiels conflits d'intérêts. Plus de 500.000 euros de garanties locatives n'ont pas été placés et le décompte des charges a pris du retard, provoquant de nombreuses plaintes de la part des locataires sociaux. La gestion du personnel semble également mettre en lumière des "situations anormales". Le rapport sera discuté ce lundi par le comité de direction de la société. Contacté par La Libre, le président du conseil d'administration Michel Eylenbosch (MR) n'a pas souhaité commenter ces informations.