D'ici trois mois au plus tard, la Wallonie devra présenter à l'Europe son plan stratégique pour la mise en ?uvre de la PAC (Politique agricole commune) sur son territoire. "Alors que l'on se rapproche de la concrétisation de cette nouvelle PAC, trois études récemment publiées provoquent de nombreuses inquiétudes dans le secteur agricole européen, et a fortiori dans nos fermes wallonnes", explique la FWA. Trois études émanant du Département américain de l'Agriculture, de l'université de Kiel (Allemagne) et du Centre de Recherche Commun (le service scientifique interne de la Commission européenne), partagent un même constat : la PAC et les stratégies du Green deal, et en particulier "De la ferme à la table" (cette dernière stratégie vise à faire évoluer le système alimentaire actuel de l'Union européenne vers un modèle durable, NDLR), vont diminuer la compétitivité de notre agriculture européenne, relaye la FWA. "Ces politiques combinées risquent de faire très mal au secteur agricole de l'Union européenne, ainsi qu'à ses consommateurs, et ce, de surcroît, sans atteindre les résultats attendus concernant les défis environnementaux", ajoute la fédération. Pour étayer sa position, la FWA s'appuie notamment sur l'étude du Centre de Recherche Commun qui "reconnaît que la stratégie "De la ferme à la table" devrait causer une diminution de 5 à 15% en moyenne (selon les scénarios choisis) de la production agricole de l'Union, et une hausse de 10% des coûts de production. En conséquence, on peut évidemment craindre une précarisation, voire une disparition d'une partie des agriculteurs familiaux d'Europe. En parallèle, cette diminution de productivité aurait pour effet de transformer l'Europe en importatrice nette de produits agricoles. Ce glissement est néfaste pour le climat et pour notre souveraineté alimentaire, qui est un enjeu stratégique majeur", détaille la FWA. La FWA se rendra donc à Namur ce vendredi 1er octobre à 11h30 pour demander au gouvernement wallon de tenir compte de ces données et de concevoir "un plan réaliste, applicable au quotidien, qui aide les agriculteurs wallons à poursuivre leur transition vers encore plus de durabilité, en tenant compte des réels impacts environnementaux, sociaux et économiques des mesures envisagées", conclut-elle. (Belga)

D'ici trois mois au plus tard, la Wallonie devra présenter à l'Europe son plan stratégique pour la mise en ?uvre de la PAC (Politique agricole commune) sur son territoire. "Alors que l'on se rapproche de la concrétisation de cette nouvelle PAC, trois études récemment publiées provoquent de nombreuses inquiétudes dans le secteur agricole européen, et a fortiori dans nos fermes wallonnes", explique la FWA. Trois études émanant du Département américain de l'Agriculture, de l'université de Kiel (Allemagne) et du Centre de Recherche Commun (le service scientifique interne de la Commission européenne), partagent un même constat : la PAC et les stratégies du Green deal, et en particulier "De la ferme à la table" (cette dernière stratégie vise à faire évoluer le système alimentaire actuel de l'Union européenne vers un modèle durable, NDLR), vont diminuer la compétitivité de notre agriculture européenne, relaye la FWA. "Ces politiques combinées risquent de faire très mal au secteur agricole de l'Union européenne, ainsi qu'à ses consommateurs, et ce, de surcroît, sans atteindre les résultats attendus concernant les défis environnementaux", ajoute la fédération. Pour étayer sa position, la FWA s'appuie notamment sur l'étude du Centre de Recherche Commun qui "reconnaît que la stratégie "De la ferme à la table" devrait causer une diminution de 5 à 15% en moyenne (selon les scénarios choisis) de la production agricole de l'Union, et une hausse de 10% des coûts de production. En conséquence, on peut évidemment craindre une précarisation, voire une disparition d'une partie des agriculteurs familiaux d'Europe. En parallèle, cette diminution de productivité aurait pour effet de transformer l'Europe en importatrice nette de produits agricoles. Ce glissement est néfaste pour le climat et pour notre souveraineté alimentaire, qui est un enjeu stratégique majeur", détaille la FWA. La FWA se rendra donc à Namur ce vendredi 1er octobre à 11h30 pour demander au gouvernement wallon de tenir compte de ces données et de concevoir "un plan réaliste, applicable au quotidien, qui aide les agriculteurs wallons à poursuivre leur transition vers encore plus de durabilité, en tenant compte des réels impacts environnementaux, sociaux et économiques des mesures envisagées", conclut-elle. (Belga)