"Les exploitations qui se trouvent dans la zone sensible voient leurs possibilités de travailler se réduire car plus personne ne veut de leurs bêtes", s'inquiète M. Hayez. "La logique économique voudrait que les porcs qui devaient être transférés dans les abattoirs soient euthanasiés, mais il semble qu'il y ait un problème d'autorisation", poursuit-il. La fédération interpelle dès lors le ministre de tutelle car les éleveurs continuent de nourrir ces animaux à perte. Sans perspective de débouchés pour les bêtes, le secteur interpelle également le ministre de l'Agriculture Denis Ducarme sur la possibilité d'une indemnisation des exploitants. Le cas est cependant particulier puisque les porcs ne sont pas eux-mêmes contaminés. (Belga)

"Les exploitations qui se trouvent dans la zone sensible voient leurs possibilités de travailler se réduire car plus personne ne veut de leurs bêtes", s'inquiète M. Hayez. "La logique économique voudrait que les porcs qui devaient être transférés dans les abattoirs soient euthanasiés, mais il semble qu'il y ait un problème d'autorisation", poursuit-il. La fédération interpelle dès lors le ministre de tutelle car les éleveurs continuent de nourrir ces animaux à perte. Sans perspective de débouchés pour les bêtes, le secteur interpelle également le ministre de l'Agriculture Denis Ducarme sur la possibilité d'une indemnisation des exploitants. Le cas est cependant particulier puisque les porcs ne sont pas eux-mêmes contaminés. (Belga)