Les chercheurs ont sondé tant les chefs de corps que les bourgmestres et magistrats concernés, de même que les administrations bruxelloises et des directeurs de police. Aucun des acteurs interrogés ne perçoit une valeur ajoutée dans une fusion des zones de police, bien au contraire.

Les six chefs de corps jugent par exemple qu'une telle zone unifiée serait "impraticable". Il risquerait d'y avoir selon eux des conséquences sur le temps de réaction des forces de l'ordre et de facto une remise en pratique des 19 forces de police municipales au sein d'une grande zone.

En revanche, dans La Libre Belgique, Thierry Belin, secrétaire national du personnel de police et de sécurité (SNPS) estime pour sa part qu'une fusion pourrait "fonctionner" si elle ne concerne qu'une unité dédiée aux missions de maintien de l'ordre.

Les chercheurs ont sondé tant les chefs de corps que les bourgmestres et magistrats concernés, de même que les administrations bruxelloises et des directeurs de police. Aucun des acteurs interrogés ne perçoit une valeur ajoutée dans une fusion des zones de police, bien au contraire. Les six chefs de corps jugent par exemple qu'une telle zone unifiée serait "impraticable". Il risquerait d'y avoir selon eux des conséquences sur le temps de réaction des forces de l'ordre et de facto une remise en pratique des 19 forces de police municipales au sein d'une grande zone. En revanche, dans La Libre Belgique, Thierry Belin, secrétaire national du personnel de police et de sécurité (SNPS) estime pour sa part qu'une fusion pourrait "fonctionner" si elle ne concerne qu'une unité dédiée aux missions de maintien de l'ordre.