Dans le cadre de la transposition de cette directive européenne relative au stockage des données des passagers aériens (ou PNR, pour l'abréviation anglaise de "Passenger Name Record"), le gouvernement belge avait décidé d'étendre la mesure au transport ferroviaire, maritime et par autocar. Lors de leur rencontre, MM. Le Roux et Jambon ont souligné la bonne coopération entre les deux pays en matière policière, judiciaire et d'échanges de renseignements. Ils ont ensuite rappelé l'importance de poursuivre sur cette voie. Dans ce cadre, le ministre français a indiqué à son homologue qu'il étudierait la possibilité de collaborer sur le PNR. Les ministres se sont également engagés à reprendre contact pour la mise en place effective d'un officier de liaison français à Bruxelles et d'un officier belge à Calais. "Nous avons encore quelques questions à résoudre à ce sujet", a indiqué M. Le Roux. Ce dernier a par ailleurs fait part à M. Jambon de son inquiétude concernant l'arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) qui rejette toute obligation générale pour les opérateurs de conserver des données électroniques. Dans le cadre des affaires de terrorisme, la conservation de telles données constitue un enjeu particulièrement important, selon les ministres, qui aborderont ce sujet lors du sommet informel des ministres européens de la Justice et de l'Intérieur qui se déroulera à Malte les 26 et 27 janvier. (Belga)

Dans le cadre de la transposition de cette directive européenne relative au stockage des données des passagers aériens (ou PNR, pour l'abréviation anglaise de "Passenger Name Record"), le gouvernement belge avait décidé d'étendre la mesure au transport ferroviaire, maritime et par autocar. Lors de leur rencontre, MM. Le Roux et Jambon ont souligné la bonne coopération entre les deux pays en matière policière, judiciaire et d'échanges de renseignements. Ils ont ensuite rappelé l'importance de poursuivre sur cette voie. Dans ce cadre, le ministre français a indiqué à son homologue qu'il étudierait la possibilité de collaborer sur le PNR. Les ministres se sont également engagés à reprendre contact pour la mise en place effective d'un officier de liaison français à Bruxelles et d'un officier belge à Calais. "Nous avons encore quelques questions à résoudre à ce sujet", a indiqué M. Le Roux. Ce dernier a par ailleurs fait part à M. Jambon de son inquiétude concernant l'arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) qui rejette toute obligation générale pour les opérateurs de conserver des données électroniques. Dans le cadre des affaires de terrorisme, la conservation de telles données constitue un enjeu particulièrement important, selon les ministres, qui aborderont ce sujet lors du sommet informel des ministres européens de la Justice et de l'Intérieur qui se déroulera à Malte les 26 et 27 janvier. (Belga)