Selon ces chiffres actualisés quotidiennement, 90.146 personnes sont mortes du Covid-19 depuis le début de l'épidémie dans les hôpitaux et les établissements type Ehpad, dont 64.835 à l'hôpital. Le nombre de malades du Covid-19 en réanimation, toujours en hausse, a lui dépassé vendredi la barre des 4.000.

Avec 306 nouvelles admissions en 24 heures, il y a désormais 4.033 patients Covid en réanimation ou soins intensifs, alors que cette barre des 4.000 n'avait pas été atteinte depuis fin novembre. Cela reste toutefois en dessous des pics de la première vague (7.000 au printemps) et de la deuxième (4.900 à l'automne). 24.749 patients sont hospitalisés, un chiffre en légère baisse par rapport à la veille, avec 1.448 nouvelles admissions.

Le nombre de nouveaux cas de contamination s'est élevé à 25.229, contre 27.166 la veille et 23.507 il y a une semaine. Le taux de positivité (nombre de personnes positives au Covid-19 sur l'ensemble des personnes testées) était de 7,3%, un niveau stable depuis dimanche dernier.

Inquiétude en Île-De-France

La situation hospitalière est "extrêmement tendue" en région parisienne et il faut se "tenir prêt à tout moment à prendre des mesures" supplémentaires, a déclaré vendredi le Premier ministre Jean Castex lors d'une visite à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. "Toutes les 12 minutes, un Francilien (les habitants de la région Ile-de-France, ndlr) est admis en réanimation", avait souligné le ministre de la Santé, Olivier Véran, la veille au soir lors de sa conférence de presse hebdomadaire. Pour éviter que les services de réanimation débordent, "nous préparons des transferts importants de patients vers les autres régions", a dit M. Véran, en mentionnant "des dizaines, voire des centaines de patients". Selon le ministère, ces transferts pourraient débuter dans "les prochains jours", avec en outre des déprogrammations d'opérations pour libérer des lits.

"Si on voit qu'on est complètement submergé, l'Etat sera obligé de prendre une décision de confinement", a pour sa part estimé le Dr Benjamin Rossi, infectiologue à l'hôpital Robert Ballanger, en Seine-Saint-Denis, vendredi sur LCI. "Nous voyons un rajeunissement des patients en réanimation", a de son côté noté sur la radio franceinfo le Pr Rémi Salomon, président de la commission médicale de l'AP-HP (hôpitaux de Paris). La région parisienne "inquiète très fortement", a indiqué vendredi un cadre de la majorité à l'AFP. "Le trou de souris s'est rétréci (avant de confiner, ndlr). Là, on pousse le dernier curseur avec les transferts de patients".

Variant plus mortel

Selon les derniers chiffres de l'ARS (Agence régionale de santé), 1.082 malades sont hospitalisés en réanimation, et le taux d'incidence dans la région est de 365 cas pour 100.000 habitants (et même 464 en Seine-Saint-Denis) contre 220 au niveau national. L'exécutif a jusque-là voulu éviter à tout prix confinement strict, comme au printemps. Il a plutôt opté pour des confinements locaux le week-end, comme dans les Alpes-Maritimes, à Dunkerque et dans le Pas-de-Calais. En outre, la métropole vit depuis 7 semaines sous couvre-feu de 18h00 à 06h00, et les restaurants, bars, lieux culturels et salles de sport sont fermés depuis quatre mois.

A travers la France, nombre de médecins notent que les admissions en réanimation (donc les cas graves) augmentent plus vite que les hospitalisations ou le nombre de cas. Et par endroits, les patients en réa semblent plus jeunes que par le passé. Tout cela pourrait en partie être dû au variant anglais, qui représente désormais plus de 67% des cas positifs. "Le variant serait responsable de davantage de formes graves. Ceci expliquerait pourquoi les réanimations se remplissent plus vite", a avancé M. Véran, en s'appuyant sur une étude anglaise selon laquelle le variant est 64% plus mortel que le coronavirus classique, en plus d'être plus contagieux.

"C'est difficile de conclure car il y a pas mal de facteurs qui s'entremêlent", a commenté Daniel Levy-Bruhl, de l'agence sanitaire Santé publique France, vendredi lors d'une conférence de presse en ligne. Selon lui, "l'impact de la vaccination" chez les plus âgés, et donc la protection qu'ils en retirent, pourrait également expliquer pourquoi certains services de réanimation semblent accueillir davantage de jeunes.

Selon ces chiffres actualisés quotidiennement, 90.146 personnes sont mortes du Covid-19 depuis le début de l'épidémie dans les hôpitaux et les établissements type Ehpad, dont 64.835 à l'hôpital. Le nombre de malades du Covid-19 en réanimation, toujours en hausse, a lui dépassé vendredi la barre des 4.000. Avec 306 nouvelles admissions en 24 heures, il y a désormais 4.033 patients Covid en réanimation ou soins intensifs, alors que cette barre des 4.000 n'avait pas été atteinte depuis fin novembre. Cela reste toutefois en dessous des pics de la première vague (7.000 au printemps) et de la deuxième (4.900 à l'automne). 24.749 patients sont hospitalisés, un chiffre en légère baisse par rapport à la veille, avec 1.448 nouvelles admissions. Le nombre de nouveaux cas de contamination s'est élevé à 25.229, contre 27.166 la veille et 23.507 il y a une semaine. Le taux de positivité (nombre de personnes positives au Covid-19 sur l'ensemble des personnes testées) était de 7,3%, un niveau stable depuis dimanche dernier.La situation hospitalière est "extrêmement tendue" en région parisienne et il faut se "tenir prêt à tout moment à prendre des mesures" supplémentaires, a déclaré vendredi le Premier ministre Jean Castex lors d'une visite à l'Hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. "Toutes les 12 minutes, un Francilien (les habitants de la région Ile-de-France, ndlr) est admis en réanimation", avait souligné le ministre de la Santé, Olivier Véran, la veille au soir lors de sa conférence de presse hebdomadaire. Pour éviter que les services de réanimation débordent, "nous préparons des transferts importants de patients vers les autres régions", a dit M. Véran, en mentionnant "des dizaines, voire des centaines de patients". Selon le ministère, ces transferts pourraient débuter dans "les prochains jours", avec en outre des déprogrammations d'opérations pour libérer des lits. "Si on voit qu'on est complètement submergé, l'Etat sera obligé de prendre une décision de confinement", a pour sa part estimé le Dr Benjamin Rossi, infectiologue à l'hôpital Robert Ballanger, en Seine-Saint-Denis, vendredi sur LCI. "Nous voyons un rajeunissement des patients en réanimation", a de son côté noté sur la radio franceinfo le Pr Rémi Salomon, président de la commission médicale de l'AP-HP (hôpitaux de Paris). La région parisienne "inquiète très fortement", a indiqué vendredi un cadre de la majorité à l'AFP. "Le trou de souris s'est rétréci (avant de confiner, ndlr). Là, on pousse le dernier curseur avec les transferts de patients".Selon les derniers chiffres de l'ARS (Agence régionale de santé), 1.082 malades sont hospitalisés en réanimation, et le taux d'incidence dans la région est de 365 cas pour 100.000 habitants (et même 464 en Seine-Saint-Denis) contre 220 au niveau national. L'exécutif a jusque-là voulu éviter à tout prix confinement strict, comme au printemps. Il a plutôt opté pour des confinements locaux le week-end, comme dans les Alpes-Maritimes, à Dunkerque et dans le Pas-de-Calais. En outre, la métropole vit depuis 7 semaines sous couvre-feu de 18h00 à 06h00, et les restaurants, bars, lieux culturels et salles de sport sont fermés depuis quatre mois.A travers la France, nombre de médecins notent que les admissions en réanimation (donc les cas graves) augmentent plus vite que les hospitalisations ou le nombre de cas. Et par endroits, les patients en réa semblent plus jeunes que par le passé. Tout cela pourrait en partie être dû au variant anglais, qui représente désormais plus de 67% des cas positifs. "Le variant serait responsable de davantage de formes graves. Ceci expliquerait pourquoi les réanimations se remplissent plus vite", a avancé M. Véran, en s'appuyant sur une étude anglaise selon laquelle le variant est 64% plus mortel que le coronavirus classique, en plus d'être plus contagieux. "C'est difficile de conclure car il y a pas mal de facteurs qui s'entremêlent", a commenté Daniel Levy-Bruhl, de l'agence sanitaire Santé publique France, vendredi lors d'une conférence de presse en ligne. Selon lui, "l'impact de la vaccination" chez les plus âgés, et donc la protection qu'ils en retirent, pourrait également expliquer pourquoi certains services de réanimation semblent accueillir davantage de jeunes.