Le premier degré sera donc "élargi". Tous les élèves suivront un vaste tronc commun de matières, auquel s'ajouteront des matières que les écoles pourront organiser elles-mêmes afin notamment de soutenir les élèves en difficulté. Il sera possible d'opter pour une option supplémentaire (en Latin, techniques, mathématiques/sciences, arts, économie, Néerlandais, Français ou Anglais) dès la première année.

A partir du second degré, l'enseignement se répartira selon cinq domaines d'études (sciences et techniques, langue et culture, économie et organisation, bien-être et société, et arts et création). Pour chacun de ces domaines, l'élève pourra choisir son option selon qu'à l'issue de ses secondaires, il souhaite encore étudier ou qu'il choisisse plutôt de faire directement son entrée sur le marché du travail. D'autres options permettront de rendre ces deux finalités possibles.

Dans l'enseignement primaire, une attention supplémentaire sera par ailleurs accordée à certains domaines d'étude. Les élèves performants seront stimulés tandis que ceux qui rencontrent des difficultés seront davantage soutenus.

Les trois partenaires de la coalition (CD&V, sp.a et N-VA) ont réagi positivement à la conclusion de cet accord. "Ce gouvernement flamand a abouti à un accord sur un débat que l'on mène déjà depuis vingt ans", a notamment déclaré le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V).

Le premier degré sera donc "élargi". Tous les élèves suivront un vaste tronc commun de matières, auquel s'ajouteront des matières que les écoles pourront organiser elles-mêmes afin notamment de soutenir les élèves en difficulté. Il sera possible d'opter pour une option supplémentaire (en Latin, techniques, mathématiques/sciences, arts, économie, Néerlandais, Français ou Anglais) dès la première année. A partir du second degré, l'enseignement se répartira selon cinq domaines d'études (sciences et techniques, langue et culture, économie et organisation, bien-être et société, et arts et création). Pour chacun de ces domaines, l'élève pourra choisir son option selon qu'à l'issue de ses secondaires, il souhaite encore étudier ou qu'il choisisse plutôt de faire directement son entrée sur le marché du travail. D'autres options permettront de rendre ces deux finalités possibles. Dans l'enseignement primaire, une attention supplémentaire sera par ailleurs accordée à certains domaines d'étude. Les élèves performants seront stimulés tandis que ceux qui rencontrent des difficultés seront davantage soutenus. Les trois partenaires de la coalition (CD&V, sp.a et N-VA) ont réagi positivement à la conclusion de cet accord. "Ce gouvernement flamand a abouti à un accord sur un débat que l'on mène déjà depuis vingt ans", a notamment déclaré le ministre-président flamand Kris Peeters (CD&V).