La Flandre n'approuvera pas de livraisons d'armes à l'Arabie saoudite, a maintenu M. Bourgeois (N-VA) devant le parlement flamand. "C'est autre chose qu'en Wallonië", a-t-il souligné, alors que le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, avait en matinée une nouvelle fois appelé à un débat sur un embargo sur les armes à destination du royaume wahhabite, soit au niveau européen, soit en Belgique. "Je comprends que le ministre Reynders veut mettre l'accent (sur les entités fédérées) et dise que les Régions ne doivent plus livrer d'armes. Ma ligne est claire: nous ne le faisons pas et nous l'allons pas le faire", a souligné M. Bourgeois en rappelant l'implication de l'Arabie saoudite dans un conflit sanglant au Yémen. "Je comprends que la Wallonie n'ait aucun problème avec cela et continue (à livrer des armes). C'est au gouvernement wallon de rendre des comptes à son opinion publique", a poursuivi le ministre-président flamand. En ce qui concerne les missions économiques, la Flandre n'en organisera pas, a-t-il dit, sans exclure que des chambres de commerce en organisent "mais sans l'implication du gouvernement flamand".

La Flandre n'approuvera pas de livraisons d'armes à l'Arabie saoudite, a maintenu M. Bourgeois (N-VA) devant le parlement flamand. "C'est autre chose qu'en Wallonië", a-t-il souligné, alors que le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, avait en matinée une nouvelle fois appelé à un débat sur un embargo sur les armes à destination du royaume wahhabite, soit au niveau européen, soit en Belgique. "Je comprends que le ministre Reynders veut mettre l'accent (sur les entités fédérées) et dise que les Régions ne doivent plus livrer d'armes. Ma ligne est claire: nous ne le faisons pas et nous l'allons pas le faire", a souligné M. Bourgeois en rappelant l'implication de l'Arabie saoudite dans un conflit sanglant au Yémen. "Je comprends que la Wallonie n'ait aucun problème avec cela et continue (à livrer des armes). C'est au gouvernement wallon de rendre des comptes à son opinion publique", a poursuivi le ministre-président flamand. En ce qui concerne les missions économiques, la Flandre n'en organisera pas, a-t-il dit, sans exclure que des chambres de commerce en organisent "mais sans l'implication du gouvernement flamand".