Le numéro de plaque permet à l'engin de reconnaître le type de véhicule, de moteur et de combustible utilisés. Le scanneur peut ainsi comparer les émissions de particules et de gaz polluants avec ce qu'annoncent les constructeurs. Il s'agit d'une première mondiale, selon le département flamand de l'Environnement. La technique de mesure est pour la première fois adaptée à une circulation dense. "L'objectif est de récolter au moins 100.000 résultats exploitables avant fin juin." (Belga)