Une taxe sur le CO2 n'était pas évoquée dans l'accord de gouvernement flamand, mais l'idée restait une option pour mener une politique climatique. Employeurs, fournisseurs d'énergie, syndicats et mouvement écologistes avaient récemment réclamé une étude plus approfondie sur le sujet. Il n'en sera finalement rien. Après une visite des services de la Commission européenne en Belgique, le gouvernement flamand a signifié à l'exécutif européen que les plans pour une taxe carbone étaient tout simplement abandonnés. Après le positionnement de la Région flamande contre une taxe kilométrique, contre la rénovation énergétique obligatoire après un achat immobilier, contre les primes pour les voitures électriques, c'est une nouvelle option pour mener une politique de défense du climat qui se voit balayée. La ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA) doit pourtant remettre d'ici la fin de l'année une mise à jour du plan flamand énergie-climat. L'Europe attend davantage d'ambition que lors de la précédente législature. (Belga)