Dans la foulée de l'accord de Paris, la Belgique s'était engagée au niveau européen à atteindre 13% d'énergies renouvelables d'ici 2020. Cet objectif devait par ailleurs permettre à l'Union européenne, dans son ensemble, de produire 20% d'énergie verte d'ici la fin de l'année prochaine. D'après les derniers chiffres disponibles, la part d'énergies renouvelables dans notre pays dépassait fin 2017 péniblement les 9% (9,06%). En Belgique, les objectifs climatiques sont divisés entre les différentes entités. Cela paraissait de plus en plus évident que la Flandre, et la Belgique dans son entièreté, ne parviendraient pas à honorer leurs engagements européens. Aujourd'hui, la ministre flamande de l'Energie l'a concédé pour la première fois. "Nous n'atteindrons malheureusement pas notre objectif en matière d'énergies renouvelables d'ici 2020", a-t-elle déclaré samedi à la VRT, en marge d'une visite à un projet de rénovation écoresponsable à Louvain. Il y a un mois, l'élue nationaliste avait déclaré devant le Parlement flamand qu'atteindre les objectifs n'était "pas gagné". "Cela va dépendre de la quantité de soleil et de vent, ainsi que des mois d'hiver", avait-elle avancé. Mais, il est désormais clair pour la ministre que la barre est fixée trop haut pour la Flandre. Zuhal Demir se concentre dorénavant sur l'échéance de 2030. Fin décembre, la Belgique doit soumettre son Plan national Energie-Climat 2021-2030 à l'Europe, dans lequel devront également figurer les engagements de la Région flamande. D'ici 2030, la part des énergies renouvelables de l'Union européenne devra atteindre 32% de la consommation finale. Il s'agit d'un engagement contraignant. Les Etats membres, qui n'atteignent pas l'objectif en 2020, sont tenus de mettre en place des mesures supplémentaires l'année suivante. (Belga)