Une courte majorité des citoyens de l'Union européenne (53%) et 64% des Belges croient en la fiabilité de leurs médias. Les Scandinaves sont les plus confiants, puisque ce taux atteint 88% en Finlande, et 77% au Danemark et en Suède. A l'opposé 73% des Grecs, 63% des Français et 59% des Espagnols estiment que leur presse ne diffuse pas une information digne de confiance.

Plus de la moitié des Belges (51%) considèrent que l'information délivrée par leurs médias n'est pas libre "des pressions commerciale et politique", pour 47% qui pensent le contraire. Ils sont 87% en Grèce, 71% en Espagne et 69% en France à afficher leur scepticisme à ce sujet.

A l'échelle européenne, 57% des sondés jugent l'information soumise aux pressions et 38% indépendante. En matière de diversité, 71% des Belges estiment que leurs médias fournissent une "variété de vues et d'opinions", soit 5% de plus que la moyenne européenne. Les Scandinaves dominent également cette catégorie avec des scores compris entre 82 et 85%, tandis que les Grecs (52%) Français (41%) et Espagnols (41%) ferment à nouveau la marche.

Concernant les médias du service public, 54% des Belges considèrent qu'ils subissent des pressions politiques. De manière générale, en Belgique, la radio (76%) est jugée plus fiable que la télévision (73%), les journaux (71%). Pour 64% des sondés, les médias sociaux ne sont eux pas fiables.

Enfin, 80% des Belges ne connaissent pas l'organisme qui supervise les médias audiovisuels, le CSA. "Ces résultats mettent en évidence qu'aux yeux des Européens, il reste encore un travail considérable à faire pour assurer l'indépendance des médias, pierre angulaire de la démocratie dans l'Union européenne", conclut l'institut TNS Opinion, qui a réalisé ce sondage.

Pour le réaliser, près de 28.000 citoyens européens "de différentes catégories sociales et démographiques", dont 1.000 Belges, ont été interrogés en face à face, à leur domicile, entre le 24 septembre et le 3 octobre.

Une courte majorité des citoyens de l'Union européenne (53%) et 64% des Belges croient en la fiabilité de leurs médias. Les Scandinaves sont les plus confiants, puisque ce taux atteint 88% en Finlande, et 77% au Danemark et en Suède. A l'opposé 73% des Grecs, 63% des Français et 59% des Espagnols estiment que leur presse ne diffuse pas une information digne de confiance.Plus de la moitié des Belges (51%) considèrent que l'information délivrée par leurs médias n'est pas libre "des pressions commerciale et politique", pour 47% qui pensent le contraire. Ils sont 87% en Grèce, 71% en Espagne et 69% en France à afficher leur scepticisme à ce sujet. A l'échelle européenne, 57% des sondés jugent l'information soumise aux pressions et 38% indépendante. En matière de diversité, 71% des Belges estiment que leurs médias fournissent une "variété de vues et d'opinions", soit 5% de plus que la moyenne européenne. Les Scandinaves dominent également cette catégorie avec des scores compris entre 82 et 85%, tandis que les Grecs (52%) Français (41%) et Espagnols (41%) ferment à nouveau la marche.Concernant les médias du service public, 54% des Belges considèrent qu'ils subissent des pressions politiques. De manière générale, en Belgique, la radio (76%) est jugée plus fiable que la télévision (73%), les journaux (71%). Pour 64% des sondés, les médias sociaux ne sont eux pas fiables. Enfin, 80% des Belges ne connaissent pas l'organisme qui supervise les médias audiovisuels, le CSA. "Ces résultats mettent en évidence qu'aux yeux des Européens, il reste encore un travail considérable à faire pour assurer l'indépendance des médias, pierre angulaire de la démocratie dans l'Union européenne", conclut l'institut TNS Opinion, qui a réalisé ce sondage.Pour le réaliser, près de 28.000 citoyens européens "de différentes catégories sociales et démographiques", dont 1.000 Belges, ont été interrogés en face à face, à leur domicile, entre le 24 septembre et le 3 octobre.