"Les gens ne veulent plus de la politique qui a été menée. Ils veulent qu'on réponde à leurs problèmes, qui sont d'ordre socio-climatique", assure-t-il ainsi dans le Soir et dans l'émission Matin Première, sur la RTBF.

"Relever les minimas sociaux coûtera 1,2 milliard d'euros et faire passer la pension à 1.500 euros net demandera 2,2 milliards supplémentaires. Les autres mesures, dont la libération des négociations salariales, ne coûteront rien", explique-t-il en appelant par ailleurs les écologistes à "aller au pouvoir".

"Si tous les progressistes restent à la maison, s'ils renoncent tous à aller au pouvoir, il ne restera que les autres", souligne-t-il à ce propos. "J'espère que les Verts ne vont pas tomber dans le même travers que le cdH et le PTB", ajoute Robert Vertenueil, selon qui les deux partis ont eu une attitude "irresponsable".

"Le PTB gagne les élections mais n'en fait rien. Ils ont confisqué les voix de leurs électeurs, empêché d'avoir une politique de gauche. Au mieux aura-t-on une politique de centre-gauche et ça, ils en portent la responsabilité", poursuit le président de la FGTB pour qui, enfin, la persistance d'un blocage au niveau fédéral "serait désastreux, surtout pour la population".