Mercredi, la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale a annoncé que la CIM est parvenue à un accord concernant une troisième dose de vaccin pour tous les résidents en maison de repos. Une décision qui rend la Femarbel "pleinement satisfaite". "Fondée sur une base scientifique, cette décision va permettre de consolider l'immunité des résidents", a-t-elle réagi.

Cependant, la fédération tient également à souligner le besoin de prendre des mesures supplémentaires. "Nous constatons que des efforts d'information et de persuasion ont été faits tant au niveau des tutelles que des pouvoirs organisateurs", peut-on lire dans un communiqué de presse publié mercredi. "Force est de constater qu'ils n'ont pas abouti à un résultat satisfaisant et que trop de membres du personnel non-vaccinés présentent un risque aggravé pour eux-mêmes, leurs proches et les résidents".

Aux yeux de la Femarbel, la vaccination obligatoire semble donc être la seule solution. Pour ce faire, la fédération formule plusieurs idées de mesures pour une entrée en vigueur rapide de l'obligation vaccinale. Elle propose tout d'abord de réduire à trois mois la période transitoire permettant au personnel de se faire vacciner. Elle souligne également la mise en place de sanctions appropriées "de manière à constituer un incitant suffisant à respecter non seulement une obligation légale mais aussi un devoir éthique élémentaire".

Samedi, la CIM reprendra les discussions à propos d'une éventuelle troisième dose pour les personnes âgées.

Mercredi, la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale a annoncé que la CIM est parvenue à un accord concernant une troisième dose de vaccin pour tous les résidents en maison de repos. Une décision qui rend la Femarbel "pleinement satisfaite". "Fondée sur une base scientifique, cette décision va permettre de consolider l'immunité des résidents", a-t-elle réagi. Cependant, la fédération tient également à souligner le besoin de prendre des mesures supplémentaires. "Nous constatons que des efforts d'information et de persuasion ont été faits tant au niveau des tutelles que des pouvoirs organisateurs", peut-on lire dans un communiqué de presse publié mercredi. "Force est de constater qu'ils n'ont pas abouti à un résultat satisfaisant et que trop de membres du personnel non-vaccinés présentent un risque aggravé pour eux-mêmes, leurs proches et les résidents". Aux yeux de la Femarbel, la vaccination obligatoire semble donc être la seule solution. Pour ce faire, la fédération formule plusieurs idées de mesures pour une entrée en vigueur rapide de l'obligation vaccinale. Elle propose tout d'abord de réduire à trois mois la période transitoire permettant au personnel de se faire vacciner. Elle souligne également la mise en place de sanctions appropriées "de manière à constituer un incitant suffisant à respecter non seulement une obligation légale mais aussi un devoir éthique élémentaire". Samedi, la CIM reprendra les discussions à propos d'une éventuelle troisième dose pour les personnes âgées.