Le secteur se dit étouffé: "aujourd'hui nous n'en pouvons plus d'être gentils! Nous n'en pouvons plus d'avoir cette impression de ne pas exister. Nous n'en pouvons plus de voir nos équipes, nos fournisseurs, nos amis, nos artistes, nos techniciens ramer financièrement, changer de métier, sombrer dans la dépression", indiquent les responsables dans un communiqué. Mais ils souhaitent surtout que les autorités répondent à des questions fondamentales à la survie du secteur. "Pourquoi est-ce si difficile de nous donner une réponse claire sur la possibilité d'organiser des événements de plus de 5.000 personnes cet été", s'interrogent les responsables de la fédération. Ils demandent aussi pourquoi il est si compliqué, de la part des autorités, de proposer des événements test ou encore un protocole clair et progressif pour une réouverture du secteur culturel et événementiel. "Devrions-nous, comme le fait le secteur Horeca, proposer une réouverture de la culture le 1er mai et donner rendez-vous à tous nos festivaliers dans les parcs de Wallonie et de Bruxelles?", s'interrogent-ils. "Il serait sans doute plus simple et plus efficace de répondre à nos questions, qui nous paraissent à la fois urgentes et légitimes", concluent-ils. La FFMWB compte notamment, parmi ses membres, le BSF, Couleur Café, Dour, Les Ardentes et Les Nuits Botanique. (Belga)

Le secteur se dit étouffé: "aujourd'hui nous n'en pouvons plus d'être gentils! Nous n'en pouvons plus d'avoir cette impression de ne pas exister. Nous n'en pouvons plus de voir nos équipes, nos fournisseurs, nos amis, nos artistes, nos techniciens ramer financièrement, changer de métier, sombrer dans la dépression", indiquent les responsables dans un communiqué. Mais ils souhaitent surtout que les autorités répondent à des questions fondamentales à la survie du secteur. "Pourquoi est-ce si difficile de nous donner une réponse claire sur la possibilité d'organiser des événements de plus de 5.000 personnes cet été", s'interrogent les responsables de la fédération. Ils demandent aussi pourquoi il est si compliqué, de la part des autorités, de proposer des événements test ou encore un protocole clair et progressif pour une réouverture du secteur culturel et événementiel. "Devrions-nous, comme le fait le secteur Horeca, proposer une réouverture de la culture le 1er mai et donner rendez-vous à tous nos festivaliers dans les parcs de Wallonie et de Bruxelles?", s'interrogent-ils. "Il serait sans doute plus simple et plus efficace de répondre à nos questions, qui nous paraissent à la fois urgentes et légitimes", concluent-ils. La FFMWB compte notamment, parmi ses membres, le BSF, Couleur Café, Dour, Les Ardentes et Les Nuits Botanique. (Belga)