Commissariat de police d'Anderlecht, mardi 18 juin, 10 heures. La commissaire Daisy Hoebeke - un gilet pare-balles sous sa chemise blanche - informe une douzaine de policiers et d'inspecteurs sociaux des descentes prévues aujourd'hui dans les salons de manucure. "Dans notre zone de police, c'est un phénomène nouveau, mais en pleine expansion ", dit Hoebeke. Nous soupçonnons que la majorité du personnel est d'origine vietnamienne. Ils peuvent être victimes de la traite des êtres humains. Hoebeke donne aux inspecteurs des conseils sur ce à quoi ils doivent faire attention pendant les contrôles. Le personnel semble-t-il en bonne santé et bien traité ? Est-ce qu'ils coopèrent ou ont-ils peur ? Ont-ils des documents dans leur poche ? Comment se sont-ils retrouvés en Belgique ? Connaissent-ils leur adresse ? Qui paie le loyer ? Peuvent-ils s'exprimer librement ?
...

Commissariat de police d'Anderlecht, mardi 18 juin, 10 heures. La commissaire Daisy Hoebeke - un gilet pare-balles sous sa chemise blanche - informe une douzaine de policiers et d'inspecteurs sociaux des descentes prévues aujourd'hui dans les salons de manucure. "Dans notre zone de police, c'est un phénomène nouveau, mais en pleine expansion ", dit Hoebeke. Nous soupçonnons que la majorité du personnel est d'origine vietnamienne. Ils peuvent être victimes de la traite des êtres humains. Hoebeke donne aux inspecteurs des conseils sur ce à quoi ils doivent faire attention pendant les contrôles. Le personnel semble-t-il en bonne santé et bien traité ? Est-ce qu'ils coopèrent ou ont-ils peur ? Ont-ils des documents dans leur poche ? Comment se sont-ils retrouvés en Belgique ? Connaissent-ils leur adresse ? Qui paie le loyer ? Peuvent-ils s'exprimer librement ?L'auditeur du travail Brecht Speybrouck lui aussi écoute. "Nous savons, d'après les contrôles effectués dans d'autres zones de police et à l'étranger, que le personnel n'est généralement pas très coopératif, car il peut faire l'objet de chantage", explique M. Speybrouck. Selon lui , le phénomène des salons de manucure est resté longtemps sous le radar du ministère public et de la police. "Ce n'est qu'il y a deux ans et demi que nous avons vraiment commencé à nous pencher sur cette question." "Nous recherchons des personnes en situation précaire, par exemple parce qu'elles n'ont pas de papiers ou de revenus", explique encore Speybrouck. Les employeurs peuvent profiter de cette position de faiblesse. S'ils paient correctement le personnel, il n'y a que du travail non déclaré et non de l'exploitation économique. Mais quand on entend dire que quelqu'un gagne 10 euros par jour, voire qu'ils ne sont pas payés du tout, on est probablement face à une traite d'êtres humains. Dans la plupart des salons de manucure où nous effectuons des contrôles, nous trouvons au moins un membre du personnel sur deux qui est en séjour irrégulier, voire davantage.Près de la station de métro Saint-Guidon à Anderlecht, les inspecteurs entrent dans un salon de manucure au sous-sol d'un hôtel particulier. Musique en arrière-plan. Des lumières fluorescentes, des fleurs en plastique, des centaines de pots de vernis à ongles dans toutes les couleurs de l'arc-en-ciel sur le mur. Il y a quatre clients. À partir de 15 euros, ils ont une manucure. Un policier parle vietnamien et aide à traduire. Au bout d'une demi-heure environ, l'auditeur du travail Speybrouck revient avec les résultats de la perquisition. "Les cinq travailleurs sont tous titulaires d'un permis de séjour belge", explique M. Hoebeke. Mais deux d'entre eux travaillaient au noir. Dans un autre salon, une Vietnamienne en séjour illégal. Dans les autres salons de manucure que l'équipe de Hoebeke vérifie ce jour-là, tout s'avère en ordre. Le commissaire est satisfait. Selon Speybrouck, il est particulièrement difficile de persuader les Vietnamiens qui se font ainsi exploiter d'opter pour le statut protégé de "victime de la traite des êtres humains". Seulement huit victimes vietnamiennes ont fait le pas en 2018-2019 et parmi elles, quatre étaient mineures. Souvent, ces jeunes Vietnamiennes ont quitté leur pays lorsqu'elles avaient 16-17 ans. La plupart viennent de la région du centre-nord, une région rurale sous-développée. Les quatre mineures ont toutes parcouru exactement le même itinéraire: elles sont parties de la capitale Hanoï avant de prendre l'avion pour la Russie. De là, elles sont arrivées - illégalement - en Belgique via la Pologne et l'Allemagne. Cela s'est fait par un itinéraire de contrebande, en voiture, à pied et dans des conteneurs de camions. Tous les quatre voulaient se rendre au Royaume-Uni. Les contrebandiers leur avaient dit qu'elles pouvaient facilement rembourser leurs dettes dans les salons de manucure. Elles parlent de montants se situant entre 15.000 $ et 20.000 $. Un montant disproportionné, car un billet d'avion depuis le Vietnam ne coûte pas plus de 1500 euros.Ici, elles devaient travailler six jours par semaine et 12 heures par jour pour un salaire très bas (certaines 100 euros par semaine) et dont une partie revenait au réseau de contrebande. Mais, pour elles, les conditions de vie et de travail en Belgique n'étaient pas trop mauvaises et certainement pas pires qu'au Vietnam. Elles ne se plaignent pas de violence ou d'abus et ne se sentent pas vraiment comme des victimes. La pression psychologique sur ces mineurs est énorme. Leur famille au Vietnam s'attend à ce qu'ils remboursent leurs dettes et qu'ils envoient de l'argent. Pour eux, l'Occident est synonyme de richesse et de succès. Ces familles n'ont aucune idée de ce qui se passe vraiment ici. Tous les salons de manucure vietnamiens ne doivent cependant pas être mis dans le même sac. Certains d'entre eux sont fiables et travaillent en toute légalité.Galerie centrale au coeur de Bruxelles, 26 juin. Publicité au néon clignotant, grandes photos couleur d'ongle peint, pancartes "sans rendez-vous " et des noms tels que Family Nails, US Nails et Tokyo Nails enduits sur les vitrines. Il n'y a pas moins de 23 studios d'ongles dans cette galerie commerciale et tous sont bondés. Des hommes et des femmes - dont la grande majorité sont des jeunes Vietnamiens - sont assis autour de tables avec pinceaux et limes à disposition. Début novembre, l'ONSS et d'autres organismes gouvernementaux ont contrôlé ici 19 salons de manucure simultanément : 18 vietnamiens et 1 roumain. Il s'agissait de la première grande action coordonnée. "Dix studios de manucure ont été immédiatement fermés pour de graves violations du droit pénal social, et nous avons également trouvé des violations moins graves dans les autres ", explique Bruno Devillé. Il dirige l'équipe Ecosoc de la direction bruxelloise de l'ONSS, responsable de l'exploitation économique et de la traite des êtres humains. On peut faire rouvrir un commerce scellé. Bien que cela se fasse souvent après le versement d'un acompte de plusieurs milliers d'euros. "Les montants ont été de façon surprenante payés très rapidement." Ce qui frappe aussi Devillé, c'est que les salons de manucure se sont installés au même endroit. Devillé : " Normalement, vous établissez une nouvelle entreprise dans un quartier où il n'y a pas de concurrence. Cela soulève des questions. Y a-t-il des liens entre les différents salons ? Est-ce qu'une personne dans les coulisses tire toutes les ficelles ? Nous voyons en tous cas clairement qu'il y a des liens familiaux. Ils se transmettent les entreprises les uns aux autres."Selon Devillé, le personnel est divisé en deux catégories : les "Vietnamiens qui viennent de s'installer en Belgique et les personnes en situation irrégulière". Nous soupçonnons que beaucoup d'entre eux sont en route pour le Royaume-Uni. Ils séjournent, entre autres, dans plusieurs restaurants vietnamiens à Ixelles. D'autres passent la nuit dans des refuges appartenant à des trafiquants. Selon Devillé, les salons de manucure vietnamiens se sont implantés à Bruxelles il y a 4-5 ans et le phénomène se développe rapidement.Pendant les interrogatoires, les Vietnamiens ont à peine coopéré. Ils ne veulent rien dire sur leurs conditions de travail. Travailler avec l'inspection signifierait que le voyage s'arrête pour eux. Mais souvent, ils ont encore des dettes à payer au Vietnam. S'ils ne sont pas payés, leurs familles peuvent avoir des ennuis. Selon Devillé, il y a autre chose qui ressort lors des contrôles dans les salons de manucure : " Ce sont tous des catholiques vietnamiens, un groupe minoritaire au Vietnam." Selon le ministère de l'Immigration, quelque 13.500 Vietnamiens vivent en Belgique, sans compter les Belges d'origine vietnamienne. "Il est possible qu'une église vietnamienne dans le quartier Louise de Bruxelles soit un lieu où des ouvriers sont recrutés pour travailler dans des salons de manucure ", dit Devillé. "Nous savons que cette église est un lieu de rencontre. Ce que nous ne savons pas, c'est si cette église est là pour aider, ou si elle fait partie du système."Outre les salons de manucure de Bruxelles-Centre, d'Anderlecht et de Vilvorde, l'ONSS connaît également les salons de manucure de Woluwe, d'Etterbeek et du quartier Matongé à Ixelles, où les Vietnamiens louent une table dans des salons de coiffure africains. Devillé : " Vous pouvez aussi voir des salons de manucure ouverts avec des employés asiatiques dans de petites communautés du Brabant wallon." Le phénomène s'étend donc.Selon le SPF Economie, la Belgique compte 24.450 endroits où l'on peut se faire soigner les ongles, entre autres choses. Soit, ils ont doublé en dix ans. Nous avons interrogé les autorités locales des villes flamandes sur les problèmes des salons de manucure vietnamiens. A Alost, Bruges, Genk, Hasselt, Gand, Courtrai, Roulers et Malines, il semble unanime que le problème est inconnu ou qu'aucune plainte n'a été reçue à ce sujet. A Anvers, ils sont dans une phase de " vigilance accrue". Depuis la grande opération de contrôle de la Galerie du Centre en novembre 2018, l'ONSS a contrôlé 34 bars à ongles dans toute la Belgique, principalement à Bruxelles, Vilvorde et Ostende. Devillé : "En huit mois, l'ONSS a établi 25 PV pour non-déclaration de salariés, 15 pour emploi illégal de salariés étrangers - principalement vietnamiens - et 8 pour infraction à la réglementation du travail à temps partiel. Des indicateurs de présence de traite des êtres humains ont été établis en plusieurs endroits".Afin d'avoir une meilleure vue d'ensemble, nous avons contacté les huit procureurs du travail en Belgique au sujet des enquêtes et des condamnations relatives aux salons de manucure. Marie-Anne Franquinet, avocat général à l'Auditorat général de Liège, a rassemblé pour nous les réponses : " Nous trouvons en effet du travail non déclaré, du séjour illégal et parfois de la contrebande et du trafic d'êtres humains dans les salons de manucure vietnamiens. Les dossiers se trouvent principalement à Bruxelles, Anvers, Gand et Liège. Nous n'avons trouvé qu'une seule condamnation dans nos archives, en janvier 2017, par le Tribunal de première instance de Bruges. Une Britannique d'origine vietnamienne, 51 ans, a été condamnée par contumace à 6 mois de prison et à une amende de 1000 euros. Elle était propriétaire de plusieurs salons de manucure en Belgique et a été reconnue coupable de plusieurs infractions". "Il y a peu de condamnations pour trafic d'êtres humains", dit encore Franquinet, parce que c'est très difficile à prouver. "Habituellement, nous nous concentrons sur l'article 175 du Code pénal social, le travail illégal des étrangers, dans ce genre de dossiers".La porte-parole d'Europol, Tine Hollevoet, confirme que le problème des salons de manucure et de l'exploitation se pose dans plusieurs pays européens. Dans un récent rapport sur les réseaux criminels sous-jacents, Europol écrit que les victimes vietnamiennes ne se trouvent pas seulement dans les salons de manucure, mais aussi comme domestiques, dans la mendicité forcée, dans les plantations de cannabis et dans l'exploitation sexuelle.En Belgique aussi, des enfants vietnamiens ont disparu du refuge. Ceci est confirmé par Mieke Candaele, porte-parole de Fedasil. En 2017, 12 jeunes Vietnamiens ont disparu de nos Centres d'observation et d'orientation (COO) ; en 2018, c'était 14 d'entre eux. Cette année, 19 jeunes vietnamiens ont été amenés dans un OOC. Ils ont tous disparu, à l'exception d'un jeune qui a bénéficié d'un hébergement adapté en tant que victime potentielle de la traite des êtres humains". 44 mineurs vietnamiens ont disparu en 2,5 ans : ce sont des chiffres qui doivent déclencher toutes les alarmes. "Les jeunes se déclarent mineurs. Mais parce qu'ils disparaissent si rapidement qu'aucun enregistrement ne peut avoir lieu et il n'est pas possible de déterminer l'âge de l'enfant ", explique Candaele. La grande majorité de ces jeunes ne demandent pas l'asile. Les deux seuls qui l'ont fait ont disparu du réseau d'accueil par la suite. La plupart d'entre eux disparaissent même dans les 24 heures suivant leur arrivée. Fedasil ne sait pas si les jeunes disparus ont fini dans un salon de manucure. Selon l'Office des Etrangers, environ 100 Vietnamiens en séjour irrégulier ont été interceptés en Belgique au cours de chacune des trois dernières années. "Cela concerne presque exclusivement les transmigrants en route vers le Royaume-Uni", explique Geert De Vulder, porte-parole de la DVZ. Leur séjour en Belgique est donc de courte durée. Nous connaissons bien le problème de la traite des êtres humains dans les salons de manucure. Ce phénomène s'inscrit dans le cadre de la méthode générale de trafic d'êtres humains en provenance de migrants vietnamiens en transit vers le Royaume-Uni. Il s'agit souvent de filles mineures qui sont mises au travail. En outre, il y a le phénomène bien connu du "travail forcé des Vietnamiens dans les plantations de cannabis".En 2013, la police belge a démantelé des plantations de chanvre à Liège, Herentals, Opglabbeek et Huy. 14 Vietnamiens ont été arrêtés. L'enquête a révélé qu'ici aussi ils travaillaient dans les plantations pour payer leur voyage au Royaume-Uni.Lorsque les jeunes Vietnamiens finissent par atteindre l'Eldorado, ils finissent souvent dans des plantations de cannabis et des salons de manucure au Royaume-Uni, parfois aussi dans la prostitution. Au cours de la dernière décennie, le gouvernement britannique a reconnu plus de 3000 Vietnamiens comme victimes de la traite des êtres humains."En tant que fédération professionnelle, nous avons déjà sonné l'alarme à plusieurs reprises auprès du gouvernement ", déclare le président de la Fédération belge de la beauté, Mario Blokken. En offrant des traitements à des taux extrêmement bas, le marché est soumis à une pression énorme. Les professionnels qui sont membres de notre fédération doivent se défendre encore et encore et expliquer pourquoi ils ne peuvent pas travailler à ces prix. Il est tout simplement impossible de fournir un traitement de haute qualité et sans risques pour un coût de 15 euros. En outre, nos membres doivent résoudre les problèmes des clients qui sont passés par ces salons bon marché. Pensez à l'inflammation des cuticules ou du lit de l'ongle, généralement due aux produits asiatiques de qualité inférieure utilisés.Selon le toxicologue Jan Tytgat (KU Leuven), le personnel est en effet préoccupé. Pas tant pour ceux qui visitent occasionnellement un tel salon ou se peignent les ongles à la maison. La meilleure étude sur les risques encourus a été publiée en 2016 par des collègues de l'Université Duke. Ils ont examiné le TPHP, une substance qui est ajoutée au vernis à ongles pour qu'il adhère bien aux ongles. Dans l'industrie chimique, il est utilisé comme ignifuge. On a remarqué que l'absorption de cette substance par les ongles était encore plus nocive que son inhalation. Les substances toluène et formaldéhydes sont également présentes dans le vernis à ongles et peuvent présenter des risques.