"Sur proposition du Conseil scientifique, la durée d'isolement sera ramenée à sept jours, c'est-à-dire la durée pendant laquelle il y a un véritable risque de contagion", a affirmé M. Castex. "Il est primordial que chacun respecte strictement cette durée d'isolement ce qui donnera lieu à des contrôles", a-t-il ajouté. Le locataire de Matignon a évoqué une "dégradation manifeste" de la situation sanitaire, avec un pourcentage de cas positifs qui ne cesse d'augmenter. Il dit aussi constater, pour la première fois depuis plusieurs semaines, une augmentation sensible du nombre d'hospitalisations. Au total, il y a désormais 42 départements placés en zone rouge à travers le pays. Le virus "n'a pas baissé d'intensité" et "est là pour quelques mois encore", a-t-il prévenu, mais "nous devons réussir à vivre avec lui sans nous laisser entraîner à nouveau dans une logique de confinement généralisé", a annoncé le Premier ministre. Il appelle dès lors au respect des gestes barrière, après une période d'été marquée par une forme de relâchement. Jean Castex, qui s'exprimait à l'issue d'un Conseil de défense Covid, a expliqué qu'il ne fallait pas "mettre entre parenthèses notre vie sociale, économique et culturelle" malgré la hausse des contaminations. Il a reconnu que les temps d'attente pour les tests du Covid-19 étaient "trop importants" et annoncé que des "créneaux horaires" seraient réservés pour les personnes prioritaires. Un phénomène en partie lié au nombre important de tests de dépistage réalisés, qui est de plus d'un million par semaine. Ce qui fait de la France le troisième pays qui teste le plus en Europe. (Belga)

"Sur proposition du Conseil scientifique, la durée d'isolement sera ramenée à sept jours, c'est-à-dire la durée pendant laquelle il y a un véritable risque de contagion", a affirmé M. Castex. "Il est primordial que chacun respecte strictement cette durée d'isolement ce qui donnera lieu à des contrôles", a-t-il ajouté. Le locataire de Matignon a évoqué une "dégradation manifeste" de la situation sanitaire, avec un pourcentage de cas positifs qui ne cesse d'augmenter. Il dit aussi constater, pour la première fois depuis plusieurs semaines, une augmentation sensible du nombre d'hospitalisations. Au total, il y a désormais 42 départements placés en zone rouge à travers le pays. Le virus "n'a pas baissé d'intensité" et "est là pour quelques mois encore", a-t-il prévenu, mais "nous devons réussir à vivre avec lui sans nous laisser entraîner à nouveau dans une logique de confinement généralisé", a annoncé le Premier ministre. Il appelle dès lors au respect des gestes barrière, après une période d'été marquée par une forme de relâchement. Jean Castex, qui s'exprimait à l'issue d'un Conseil de défense Covid, a expliqué qu'il ne fallait pas "mettre entre parenthèses notre vie sociale, économique et culturelle" malgré la hausse des contaminations. Il a reconnu que les temps d'attente pour les tests du Covid-19 étaient "trop importants" et annoncé que des "créneaux horaires" seraient réservés pour les personnes prioritaires. Un phénomène en partie lié au nombre important de tests de dépistage réalisés, qui est de plus d'un million par semaine. Ce qui fait de la France le troisième pays qui teste le plus en Europe. (Belga)