D'après une enquête publiée fin 2019 par des journalistes flamands, la Donation royale, qui gère le patrimoine donné par Leopold II à la Belgique, bénéficierait largement d'argent du contribuable par le biais des pouvoirs publics alors qu'il s'agit d'une institution financière censée être autonome. Les comptes qu'elle fournit chaque année manqueraient aussi singulièrement de transparence. Ces informations parues dans différents médias ont poussé la Donation, qui réfute les accusations, à faire un effort de transparence en rendant certains documents publics. "Nous avons été critiqués pour notre fonctionnement jugé opaque", relève Paul Buysse, "or, il faut préciser que personne ne nous a jamais rien demandé. Nous allons donc communiquer davantage mais cela va se faire graduellement. Il ne faut pas s'attendre à une révolution. Dès que les documents et données seront disponibles, nous les publierons sur le site", ajoute-t-il. Plusieurs documents sont désormais consultables sur le portail du SPF Finances, dont la liste du patrimoine de l'institution publique autonome et un compte-rendu de ses comptes annuels pour l'exercice 2018. Nulle part il n'est toutefois fait mention de la valeur estimée de son patrimoine. "Nous y travaillons", précise M. Buysse, sans donner d'échéance. "Il s'agit d'un revirement complet pour la Donation, qui a travaillé dans la discrétion pendant des années", justifie-t-il. L'institution a par ailleurs l'intention de professionnaliser sa communication. "Nous envisageons la création de notre propre site web, indépendamment de celui du SPF Finances", conclut Paul Buysse. La Donation royale gère notamment la Tour japonaise et le Pavillon chinois à Laeken, le Parc Elisabeth ou encore l'Arboretum de Tervuren. Une partie de ses possessions est par ailleurs à la disposition du Roi, comme le parc de Laeken, les Châteaux du Belvédère, du Stuyvenberg, de Ciergnon et de Fenffe, mais d'autres biens, comme des bureaux à Bruxelles ou des terres agricoles, sont loués afin de lui procurer des rentrées financières. (Belga)

D'après une enquête publiée fin 2019 par des journalistes flamands, la Donation royale, qui gère le patrimoine donné par Leopold II à la Belgique, bénéficierait largement d'argent du contribuable par le biais des pouvoirs publics alors qu'il s'agit d'une institution financière censée être autonome. Les comptes qu'elle fournit chaque année manqueraient aussi singulièrement de transparence. Ces informations parues dans différents médias ont poussé la Donation, qui réfute les accusations, à faire un effort de transparence en rendant certains documents publics. "Nous avons été critiqués pour notre fonctionnement jugé opaque", relève Paul Buysse, "or, il faut préciser que personne ne nous a jamais rien demandé. Nous allons donc communiquer davantage mais cela va se faire graduellement. Il ne faut pas s'attendre à une révolution. Dès que les documents et données seront disponibles, nous les publierons sur le site", ajoute-t-il. Plusieurs documents sont désormais consultables sur le portail du SPF Finances, dont la liste du patrimoine de l'institution publique autonome et un compte-rendu de ses comptes annuels pour l'exercice 2018. Nulle part il n'est toutefois fait mention de la valeur estimée de son patrimoine. "Nous y travaillons", précise M. Buysse, sans donner d'échéance. "Il s'agit d'un revirement complet pour la Donation, qui a travaillé dans la discrétion pendant des années", justifie-t-il. L'institution a par ailleurs l'intention de professionnaliser sa communication. "Nous envisageons la création de notre propre site web, indépendamment de celui du SPF Finances", conclut Paul Buysse. La Donation royale gère notamment la Tour japonaise et le Pavillon chinois à Laeken, le Parc Elisabeth ou encore l'Arboretum de Tervuren. Une partie de ses possessions est par ailleurs à la disposition du Roi, comme le parc de Laeken, les Châteaux du Belvédère, du Stuyvenberg, de Ciergnon et de Fenffe, mais d'autres biens, comme des bureaux à Bruxelles ou des terres agricoles, sont loués afin de lui procurer des rentrées financières. (Belga)