L'homme, qui est aussi délégué syndical (pour la CGSP Amio), a publié en son nom propre une "lettre ouverte" adressée au patron du SPF Sécurité sociale, Frank Van Massenhove. En février et mars derniers, le personnel de la DG Personnes handicapées avait déjà mené plusieurs actions pour dénoncer les effets d'un nouveau système informatique, qui paralysait le fonctionnement du service. Les mutualités et plusieurs associations avaient également exprimé leur inquiétude. La secrétaire d'Etat en charge des personnes handicapées, Zuhal Demir, avait alors obtenu une augmentation du budget de ce service de 3 millions d'euros ainsi qu'un renfort de 38 travailleurs. En attendant une version corrigée du nouveau logiciel, le personnel devait retravailler avec l'ancien système jusqu'à fin août. Mais aujourd'hui, la situation est toujours chaotique. Seule une partie du nouveau logiciel est utilisée ce qui, selon M. Coeurnelle, n'est qu'une partie du problème lié pour l'essentiel à un manque généralisé d'organisation. Fin septembre, plus de 26.500 dossiers étaient en attente depuis plus de 11 mois (contre trois ou quatre mois en temps normal), d'après les chiffres qu'il a communiqués à Belga. Il s'agit notamment de demandes d'allocations de remplacement de revenus, d'intégration ou d'aide aux personnes âgées, de cartes de stationnement pour personnes handicapées ou encore de cartes de réduction pour les transports en commun. Le centre de contact de la DG Personnes handicapées est débordé. Sur plus de 200.000 appels téléphoniques par mois, seuls 10.000 obtiennent une réponse. Le service interne des plaintes fait pire encore, avec quatre réponses sur 400 plaintes transmises en un an. (Belga)

L'homme, qui est aussi délégué syndical (pour la CGSP Amio), a publié en son nom propre une "lettre ouverte" adressée au patron du SPF Sécurité sociale, Frank Van Massenhove. En février et mars derniers, le personnel de la DG Personnes handicapées avait déjà mené plusieurs actions pour dénoncer les effets d'un nouveau système informatique, qui paralysait le fonctionnement du service. Les mutualités et plusieurs associations avaient également exprimé leur inquiétude. La secrétaire d'Etat en charge des personnes handicapées, Zuhal Demir, avait alors obtenu une augmentation du budget de ce service de 3 millions d'euros ainsi qu'un renfort de 38 travailleurs. En attendant une version corrigée du nouveau logiciel, le personnel devait retravailler avec l'ancien système jusqu'à fin août. Mais aujourd'hui, la situation est toujours chaotique. Seule une partie du nouveau logiciel est utilisée ce qui, selon M. Coeurnelle, n'est qu'une partie du problème lié pour l'essentiel à un manque généralisé d'organisation. Fin septembre, plus de 26.500 dossiers étaient en attente depuis plus de 11 mois (contre trois ou quatre mois en temps normal), d'après les chiffres qu'il a communiqués à Belga. Il s'agit notamment de demandes d'allocations de remplacement de revenus, d'intégration ou d'aide aux personnes âgées, de cartes de stationnement pour personnes handicapées ou encore de cartes de réduction pour les transports en commun. Le centre de contact de la DG Personnes handicapées est débordé. Sur plus de 200.000 appels téléphoniques par mois, seuls 10.000 obtiennent une réponse. Le service interne des plaintes fait pire encore, avec quatre réponses sur 400 plaintes transmises en un an. (Belga)