En juin de cette année, après la clôture définitive des comptes, la répartition de la dette a été officiellement actée à 4,8 milliards: 2,6 milliards pour la SNCB (55% du total) et 2,2 milliards pour Infrabel (45%).

Le Groupe SNCB perdra encore 3 milliards de recettes cumulées sur les 17 milliards escomptés entre 2015 et 2019, rappelle le quotidien. Et la gestion de sa dette lui coûte environ 300 millions par an. D'un autre côté, certaines charges sont allégées. Le personnel, par exemple, est passé de 39.000 cheminots en 2005 à moins de 34.000 aujourd'hui.

En juin de cette année, après la clôture définitive des comptes, la répartition de la dette a été officiellement actée à 4,8 milliards: 2,6 milliards pour la SNCB (55% du total) et 2,2 milliards pour Infrabel (45%).Le Groupe SNCB perdra encore 3 milliards de recettes cumulées sur les 17 milliards escomptés entre 2015 et 2019, rappelle le quotidien. Et la gestion de sa dette lui coûte environ 300 millions par an. D'un autre côté, certaines charges sont allégées. Le personnel, par exemple, est passé de 39.000 cheminots en 2005 à moins de 34.000 aujourd'hui.