Loup Bureau, qui a notamment collaboré avec la chaîne française TV5 Monde et est encore étudiant en journalisme à l'Ihecs à Bruxelles, a été interpellé fin juillet au poste-frontière de Habur entre l'Irak et la Turquie. Il a ensuite été incarcéré par les autorités locales qui le soupçonnent d'activités "terroristes" en lien avec des combattants kurdes de Syrie. "Nous venons d'apprendre le rejet de la demande de libération déposée au nom de Loup Bureau. C'est un combat. Il continue", a déclaré vendredi soir Me Martin Pradel. Les conditions de détention du jeune homme ont également été modifiées. "Loup Bureau a été affecté aujourd'hui dans une autre cellule, sans aucune raison. Désormais privé de TV, sa seule compagnie", a indiqué Me Aytac. La Belgique accompagne les démarches françaises en vue d'obtenir la libération de ce journaliste, a indiqué plus tôt vendredi le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, à l'issue d'un entretien avec le père du jeune homme, Loïc Bureau. (Belga)

Loup Bureau, qui a notamment collaboré avec la chaîne française TV5 Monde et est encore étudiant en journalisme à l'Ihecs à Bruxelles, a été interpellé fin juillet au poste-frontière de Habur entre l'Irak et la Turquie. Il a ensuite été incarcéré par les autorités locales qui le soupçonnent d'activités "terroristes" en lien avec des combattants kurdes de Syrie. "Nous venons d'apprendre le rejet de la demande de libération déposée au nom de Loup Bureau. C'est un combat. Il continue", a déclaré vendredi soir Me Martin Pradel. Les conditions de détention du jeune homme ont également été modifiées. "Loup Bureau a été affecté aujourd'hui dans une autre cellule, sans aucune raison. Désormais privé de TV, sa seule compagnie", a indiqué Me Aytac. La Belgique accompagne les démarches françaises en vue d'obtenir la libération de ce journaliste, a indiqué plus tôt vendredi le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, à l'issue d'un entretien avec le père du jeune homme, Loïc Bureau. (Belga)