"L'inquiétude de la population générée par la dernière vague de coronavirus joue certainement un rôle dans cette augmentation", explique le président de l'APB, Koen Straetmans. "Le fait que les virologues aient encouragé les personnes à risque à se faire vacciner contre la grippe a également eu un effet positif. De plus, cette année, les pharmaciens sont autorisés à délivrer le vaccin contre la grippe à tout le monde, sans ordonnance médicale, ce qui facilite considérablement l'accès à la vaccination." La couverture vaccinale de 75%, recommandée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les groupes à risque (femmes enceintes, personnes souffrant de maladies chroniques, etc.), n'a toutefois pas encore été atteinte. Ces patients bénéficient pourtant d'un remboursement Inami pour leur vaccination. Mais, comme le note l'Association pharmaceutique belge, "il n'est pas trop tard pour se faire vacciner", janvier, février et mars étant les mois pendant lesquels la grippe sévit le plus. L'Association craint par ailleurs un regain d'intensité dans l'épidémie de grippe saisonnière, après une année 2020 plutôt calme. "L'an dernier, le confinement et les mesures sanitaires ont empêché la grippe de sévir. De ce fait, nous avons produit moins d'anticorps et, cet hiver, davantage de personnes pourraient donc être plus vulnérables vis-à-vis de la grippe", précise l'APB. Selon l'institut de santé Sciensano, un demi-million de personnes sont touchées par la grippe en Belgique, chaque année. Parmi elles, en fonction de la gravité de l'épidémie, 5.000 à 15.000 doivent être hospitalisées et 6% de ces dernières en meurent. Cette année, 3,78 millions de vaccins contre la grippe ont été prévus pour notre pays (soit 840.000 de plus que l'an dernier). (Belga)

"L'inquiétude de la population générée par la dernière vague de coronavirus joue certainement un rôle dans cette augmentation", explique le président de l'APB, Koen Straetmans. "Le fait que les virologues aient encouragé les personnes à risque à se faire vacciner contre la grippe a également eu un effet positif. De plus, cette année, les pharmaciens sont autorisés à délivrer le vaccin contre la grippe à tout le monde, sans ordonnance médicale, ce qui facilite considérablement l'accès à la vaccination." La couverture vaccinale de 75%, recommandée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour les groupes à risque (femmes enceintes, personnes souffrant de maladies chroniques, etc.), n'a toutefois pas encore été atteinte. Ces patients bénéficient pourtant d'un remboursement Inami pour leur vaccination. Mais, comme le note l'Association pharmaceutique belge, "il n'est pas trop tard pour se faire vacciner", janvier, février et mars étant les mois pendant lesquels la grippe sévit le plus. L'Association craint par ailleurs un regain d'intensité dans l'épidémie de grippe saisonnière, après une année 2020 plutôt calme. "L'an dernier, le confinement et les mesures sanitaires ont empêché la grippe de sévir. De ce fait, nous avons produit moins d'anticorps et, cet hiver, davantage de personnes pourraient donc être plus vulnérables vis-à-vis de la grippe", précise l'APB. Selon l'institut de santé Sciensano, un demi-million de personnes sont touchées par la grippe en Belgique, chaque année. Parmi elles, en fonction de la gravité de l'épidémie, 5.000 à 15.000 doivent être hospitalisées et 6% de ces dernières en meurent. Cette année, 3,78 millions de vaccins contre la grippe ont été prévus pour notre pays (soit 840.000 de plus que l'an dernier). (Belga)