La rentrée parlementaire sera donc avancée d'une journée pour permettre à M. Michel d'assister au vote de confiance sur cette déclaration gouvernementale - le dernier de la législature - qui doit intervenir dans les 48 heures avant de s'envoler le mercredi soir pour Erevan. Il y participera au 17ème sommet de la Francophonie qui se tient dans la capitale arménienne le jeudi 11 et le vendredi 12.

La conférence des présidents de la Chambre a donné son accord à cette modification à la traditionnelle date du deuxième mardi d'octobre, a indiqué une source informée à l'agence Belga.

En 2016, M. Michel avait été contraint de reporter sa déclaration de politique générale après l'échec des négociations concernant le "paquet budget 2016-2017+réformes structurelles".

Cette année, une option un moment envisagée mais repoussée aurait été de reporter d'une semaine la rentrée, au 16 octobre. Après les élections communales et provinciales.

Le débat aura donc lieu le mardi 9 avant un vote le lendemain. Ce qui contraindra nombre de députés, également candidats aux élections communales, de siéger à la Chambre durant trois jours au lieu de faire campagne dans leur circonscription.

La rentrée parlementaire sera donc avancée d'une journée pour permettre à M. Michel d'assister au vote de confiance sur cette déclaration gouvernementale - le dernier de la législature - qui doit intervenir dans les 48 heures avant de s'envoler le mercredi soir pour Erevan. Il y participera au 17ème sommet de la Francophonie qui se tient dans la capitale arménienne le jeudi 11 et le vendredi 12. La conférence des présidents de la Chambre a donné son accord à cette modification à la traditionnelle date du deuxième mardi d'octobre, a indiqué une source informée à l'agence Belga. En 2016, M. Michel avait été contraint de reporter sa déclaration de politique générale après l'échec des négociations concernant le "paquet budget 2016-2017+réformes structurelles". Cette année, une option un moment envisagée mais repoussée aurait été de reporter d'une semaine la rentrée, au 16 octobre. Après les élections communales et provinciales. Le débat aura donc lieu le mardi 9 avant un vote le lendemain. Ce qui contraindra nombre de députés, également candidats aux élections communales, de siéger à la Chambre durant trois jours au lieu de faire campagne dans leur circonscription.