Le personnel était inquiet à l'idée d'assouplir le règlement des visites pour les détenus. Les syndicats soulignaient les risques pour la santé qu'un tel assouplissement engendrait alors que les chiffres de contamination repartent à la hausse. Les trois syndicats avaient donc prévu diverses actions de grève, chacun d'eux étant opposé d'une manière ou d'une autre au règlement. La CSC mènera pour sa part une action dès lundi 6h00 car elle est mécontente de la politique des congés pénitentiaires et des permissions de sortie. "Après avoir consulté notre base, nous maintenons le préavis de grève", a indiqué Claudine Coupienne, secrétaire permanente SPF Justice à la CSC. Une nouvelle réunion de concertation est prévue lundi après-midi entre le cabinet de la Justice, l'administration pénitentiaire et les syndicats. L'objectif est d'aboutir à "une méthode de travail commune compte tenu des mesures sanitaires qui pourront être prises à l'avenir en fonction des instructions générales du comité de concertation". "On espère, au vu de l'évolution des chiffres du Covid, être entendus", a ajouté Mme Coupienne. La CGSP, qui mène depuis lundi 22h00 une grève de 48 heures pour protester contre l'assouplissement des visites hors surveillance (VHS), prévoit une action similaire à partir du dimanche 18 octobre à 22h00. "Nous ne sommes pas contre les VHS, mais pour les organiser avec un test Covid et une mise en quarantaine du détenu après la visite", précise le secrétaire fédéral CGSP Prisons, Grégory Wallez. Le syndicat libéral SLFP/VSOA juge par contre ses requêtes concernant les mesures imposées dans la salle de visites satisfaites et ne fera pas grève jeudi. "Les autorités ont décidé de rencontrer nos exigences", a indiqué un représentant du syndicat libéral. "Comme il n'y a plus d'assouplissement, nous ne ferons pas grève." L'administration pénitentiaire a confirmé mercredi que la visite des enfants, la visite hors surveillance (VHS) et la visite à table seraient maintenues, mais dans des conditions strictes et adaptées. Des écrans de plexiglas seront ainsi à nouveau disposés sur les tables. (Belga)

Le personnel était inquiet à l'idée d'assouplir le règlement des visites pour les détenus. Les syndicats soulignaient les risques pour la santé qu'un tel assouplissement engendrait alors que les chiffres de contamination repartent à la hausse. Les trois syndicats avaient donc prévu diverses actions de grève, chacun d'eux étant opposé d'une manière ou d'une autre au règlement. La CSC mènera pour sa part une action dès lundi 6h00 car elle est mécontente de la politique des congés pénitentiaires et des permissions de sortie. "Après avoir consulté notre base, nous maintenons le préavis de grève", a indiqué Claudine Coupienne, secrétaire permanente SPF Justice à la CSC. Une nouvelle réunion de concertation est prévue lundi après-midi entre le cabinet de la Justice, l'administration pénitentiaire et les syndicats. L'objectif est d'aboutir à "une méthode de travail commune compte tenu des mesures sanitaires qui pourront être prises à l'avenir en fonction des instructions générales du comité de concertation". "On espère, au vu de l'évolution des chiffres du Covid, être entendus", a ajouté Mme Coupienne. La CGSP, qui mène depuis lundi 22h00 une grève de 48 heures pour protester contre l'assouplissement des visites hors surveillance (VHS), prévoit une action similaire à partir du dimanche 18 octobre à 22h00. "Nous ne sommes pas contre les VHS, mais pour les organiser avec un test Covid et une mise en quarantaine du détenu après la visite", précise le secrétaire fédéral CGSP Prisons, Grégory Wallez. Le syndicat libéral SLFP/VSOA juge par contre ses requêtes concernant les mesures imposées dans la salle de visites satisfaites et ne fera pas grève jeudi. "Les autorités ont décidé de rencontrer nos exigences", a indiqué un représentant du syndicat libéral. "Comme il n'y a plus d'assouplissement, nous ne ferons pas grève." L'administration pénitentiaire a confirmé mercredi que la visite des enfants, la visite hors surveillance (VHS) et la visite à table seraient maintenues, mais dans des conditions strictes et adaptées. Des écrans de plexiglas seront ainsi à nouveau disposés sur les tables. (Belga)