La Covid-19, les mesures sanitaires et la crise économique qui en découlent, ont eu un impact disproportionné sur les personnes à faibles revenus ou vivant de la précarité. Malgré les fonds mis à disposition des États membres par l'UE, le chômage, l'insécurité alimentaire et l'accès inégal à l'enseignement à distance ont exacerbé les inégalités existantes. L'organisation déplore également les progrès limités de l'UE dans le développement d'outils qui permettent de demander des comptes aux États membres qui minent l'État de droit. La Hongrie et la Pologne ont par exemple contribué à affaiblir le mécanisme de conditionnalité, qui permet de refuser aux pays ne respectant pas l'État de droit, l'accès aux fonds européens. Ces deux pays, en retardant le vote sur le budget de l'UE et le plan de relance post-Covid, ont obtenu des concessions importantes à ce niveau de la part des dirigeants européens. De plus, HWR pointe du doigt le traitement fait aux migrants et demandeurs d'asile au sein de l'UE, ce qui porte atteinte à sa crédibilité concernant la défense des droits humains. Malgré le Nouveau pacte sur la migration et l'asile, l'UE clôture une année marquée par des fermetures de frontières, des refoulements illégaux et une vulnérabilité accrue des demandeurs d'asile et des migrants. (Belga)

La Covid-19, les mesures sanitaires et la crise économique qui en découlent, ont eu un impact disproportionné sur les personnes à faibles revenus ou vivant de la précarité. Malgré les fonds mis à disposition des États membres par l'UE, le chômage, l'insécurité alimentaire et l'accès inégal à l'enseignement à distance ont exacerbé les inégalités existantes. L'organisation déplore également les progrès limités de l'UE dans le développement d'outils qui permettent de demander des comptes aux États membres qui minent l'État de droit. La Hongrie et la Pologne ont par exemple contribué à affaiblir le mécanisme de conditionnalité, qui permet de refuser aux pays ne respectant pas l'État de droit, l'accès aux fonds européens. Ces deux pays, en retardant le vote sur le budget de l'UE et le plan de relance post-Covid, ont obtenu des concessions importantes à ce niveau de la part des dirigeants européens. De plus, HWR pointe du doigt le traitement fait aux migrants et demandeurs d'asile au sein de l'UE, ce qui porte atteinte à sa crédibilité concernant la défense des droits humains. Malgré le Nouveau pacte sur la migration et l'asile, l'UE clôture une année marquée par des fermetures de frontières, des refoulements illégaux et une vulnérabilité accrue des demandeurs d'asile et des migrants. (Belga)