"L'an dernier, un peu moins de 170.000 personnes en moyenne venaient chercher un colis chaque mois. En juin, ce chiffre est passé à 195.000", précise Jef Mottar de la Fédération des banques alimentaires. Parmi les nouveaux venus se trouvent de nombreux travailleurs en chômage temporaire en raison de la crise sanitaire.

Les banques ont dès lors besoin de davantage de moyens. Si elles pourront encore faire face à la demande cet été grâce à la solidarité qui s'est manifestée ces dernières semaines, M. Mottar est plus inquiet pour l'automne, lorsque les effets de la crise se feront encore davantage ressentir.

"L'an dernier, un peu moins de 170.000 personnes en moyenne venaient chercher un colis chaque mois. En juin, ce chiffre est passé à 195.000", précise Jef Mottar de la Fédération des banques alimentaires. Parmi les nouveaux venus se trouvent de nombreux travailleurs en chômage temporaire en raison de la crise sanitaire. Les banques ont dès lors besoin de davantage de moyens. Si elles pourront encore faire face à la demande cet été grâce à la solidarité qui s'est manifestée ces dernières semaines, M. Mottar est plus inquiet pour l'automne, lorsque les effets de la crise se feront encore davantage ressentir.