Pour la FDI, l'impact de la pandémie de Covid-19 sur l'hygiène dentaire est un désastre. Le confinement a entraîné le report de certains soins non urgents, dont les contrôles. Sans ce volet préventif, les patients confrontés à des douleurs dentaires courent un risque plus élevé de voir leurs problèmes buccaux s'aggraver. Les adolescents sont d'ailleurs plus nombreux à développer des caries, pointe la fédération. Les nouvelles habitudes qui se sont instaurées avec les restrictions liées à la crise sanitaire jouent également un rôle dans la dégradation de la santé buccale. Plus souvent à la maison, nombreux sont ceux qui grignotent des friandises entre les repas ou se lavent moins régulièrement les dents. En Belgique, le report des soins non urgents a été limité dans le temps et l'on n'observe pas encore d'effet majeur sur la santé dentaire des citoyens, note toutefois l'Institut flamand de santé buccale "Gezonde Mond". "Il est essentiel de se rendre au moins une fois par an chez un dentiste", insiste son président, Luc de Visschere. "Si cela n'a pas pu être fait l'année dernière en raison du confinement, cette régularité risque de disparaître. Il n'est pas bon de procrastiner en matière de santé bucco-dentaire." Ce dernier voit d'ailleurs une opportunité dans le fait d'être plus souvent à la maison. "En télétravail, on a bien plus souvent qu'au bureau la possibilité d'aller vite se brosser les dents. Et si l'on grignote des sucreries, il est facile de compenser cela par un brossage des dents." La bouche est l'une des principales portes d'entrée pour les virus tels que le SARS-CoV-2, qui cause le Covid-19, et la grippe, rappelle l'institut flamand. (Belga)

Pour la FDI, l'impact de la pandémie de Covid-19 sur l'hygiène dentaire est un désastre. Le confinement a entraîné le report de certains soins non urgents, dont les contrôles. Sans ce volet préventif, les patients confrontés à des douleurs dentaires courent un risque plus élevé de voir leurs problèmes buccaux s'aggraver. Les adolescents sont d'ailleurs plus nombreux à développer des caries, pointe la fédération. Les nouvelles habitudes qui se sont instaurées avec les restrictions liées à la crise sanitaire jouent également un rôle dans la dégradation de la santé buccale. Plus souvent à la maison, nombreux sont ceux qui grignotent des friandises entre les repas ou se lavent moins régulièrement les dents. En Belgique, le report des soins non urgents a été limité dans le temps et l'on n'observe pas encore d'effet majeur sur la santé dentaire des citoyens, note toutefois l'Institut flamand de santé buccale "Gezonde Mond". "Il est essentiel de se rendre au moins une fois par an chez un dentiste", insiste son président, Luc de Visschere. "Si cela n'a pas pu être fait l'année dernière en raison du confinement, cette régularité risque de disparaître. Il n'est pas bon de procrastiner en matière de santé bucco-dentaire." Ce dernier voit d'ailleurs une opportunité dans le fait d'être plus souvent à la maison. "En télétravail, on a bien plus souvent qu'au bureau la possibilité d'aller vite se brosser les dents. Et si l'on grignote des sucreries, il est facile de compenser cela par un brossage des dents." La bouche est l'une des principales portes d'entrée pour les virus tels que le SARS-CoV-2, qui cause le Covid-19, et la grippe, rappelle l'institut flamand. (Belga)