La Wallonie a-t-elle tiré les leçons de la débâcle du photovoltaïque et de ses coûteux certificats verts, dilapidés pendant des années ? La question se pose à nouveau au regard du mécanisme de soutien surévalué qui profiterait à certains producteurs d'électricité investis dans la biomasse. L'apport de la filière n'a rien d'anecdotique : en Wallonie comme en Flandre, c'est même la première source de production d'électricité d'origine renouvelable. Hors incinération, sa part y représentait, en 2018, 37 % du total. Au sud du pays, elle devance ainsi l'éolien (30,2 %) et le photovoltaïque (22,2 %). Dans la capitale en revanche, elle est marginale (5 %), si l'on exclut l'apport de l'incinérateur de Bruxelles-Energie (63,5 %).
...