Les 11 juges ont décidé à l'unanimité que l'avis de M. Johnson demandant à la Reine de suspendre le parlement pendant cinq semaines jusqu'au 14 octobre, à deux semaines du Brexit, était "illégal, nul et sans effet". Ce verdict constitue un nouveau revers pour le dirigeant conservateur, accusé par ses détracteurs d'avoir suspendu le parlement pour museler l'opposition et précipiter son pays vers une sortie sans accord de l'Union européenne le 31 octobre. Le speaker de la Chambre des communes, John Bercow, a accueilli favorablement la décision rendue par la Cour et estimé que le parlement devait être convoqué sans délai. "A cette fin, je vais consulter les leaders des différents partis", a-t-il affirmé. (Belga)