"Les mouvements radicaux comme le groupe Etat islamique prospèrent quand les gens perdent toute confiance en ceux qui sont au pouvoir, quand les responsables profitent de la misère du plus grand nombre, quand la police exploite plutôt qu'elle ne protège et quand les opportunités économiques sont trustées par une minorité", souligne l'ONG dans un rapport de son antenne britannique intitulé "Le grand tournant: la corruption et l'émergence de l'extrémisme violent". Elle note également que les groupes comme l'EI et Boko Haram se servent de la corruption pour recruter, se présentant comme une alternative aux autorités corrompues. "S'attaquer à la corruption devrait être la priorité numéro un", appelle-t-elle de ses voeux, notant qu'il "y a des étapes pratiques qui peuvent être prises diplomatiquement comme le refus de visas ou le gel des avoirs pour commencer à traiter la corruption des élites". (Belga)

"Les mouvements radicaux comme le groupe Etat islamique prospèrent quand les gens perdent toute confiance en ceux qui sont au pouvoir, quand les responsables profitent de la misère du plus grand nombre, quand la police exploite plutôt qu'elle ne protège et quand les opportunités économiques sont trustées par une minorité", souligne l'ONG dans un rapport de son antenne britannique intitulé "Le grand tournant: la corruption et l'émergence de l'extrémisme violent". Elle note également que les groupes comme l'EI et Boko Haram se servent de la corruption pour recruter, se présentant comme une alternative aux autorités corrompues. "S'attaquer à la corruption devrait être la priorité numéro un", appelle-t-elle de ses voeux, notant qu'il "y a des étapes pratiques qui peuvent être prises diplomatiquement comme le refus de visas ou le gel des avoirs pour commencer à traiter la corruption des élites". (Belga)