La 15e Conférence des parties (COP) de la Convention sur la diversité biologique (CDB) des Nations Unies s'ouvrira de manière virtuelle du 11 au 15 octobre, avant la tenue de négociations à proprement parler à Kunming, dans le sud-ouest de la Chine, du 25 avril au 8 mai 2022. Ce format a été retenu après plusieurs reports dus à l'épidémie de Covid-19. Elle s'intercale avec la COP26 sur le climat à Glasgow en novembre, où la nature devrait être mise en avant pour atténuer les effets du changement climatique de plus en plus dévastateurs. L'ouverture de la COP15 sera "une phase essentiellement protocolaire", a relevé Basile van Havre, un des deux co-présidents des négociations, lors d'une conférence de presse en ligne. Elle permettra la passation officielle entre l'Égypte, qui a présidé la COP14 en 2018, et la Chine. Pékin organise également un sommet ministériel en ligne les 12 et 13 octobre, avec "98 ministres de 94 pays", selon Basile van Havre et présentera un texte, la déclaration de Kunming. "Cette déclaration, nous l'espérons, soulignera davantage et reconnaîtra l'importance de la biodiversité pour la santé humaine, l'importance d'intégrer la biodiversité dans la prise de décision et servira d'outil pour créer l'impulsion politique" nécessaire aux négociations, a souligné Elizabeth Maruma Mrema, secrétaire exécutive de la CDB, dans un entretien à l'AFP. Les délégations membres de la CDB se sont retrouvées pour la dernière fois autour de la table à Rome en février 2020. Les négociations se sont ensuite tenues en ligne. Un texte présenté en juillet, qui sert de base aux discussions, comprend quatre grands objectifs à horizon 2050, avec dix jalons à 2030 et 21 cibles. Les cibles visent "à ce qu'au moins 30% des zones terrestres et des zones maritimes (...) soient conservées grâce à des systèmes de zones protégées et d'autres mesures de conservation efficaces" ou à limiter les pollutions agricoles ou plastiques. Sur le volet financier, il est proposé de porter les ressources financières "à au moins 200 milliards de dollars par an" tout en réduisant les subventions néfastes "d'au moins 500 milliards de dollars par an". (Belga)

La 15e Conférence des parties (COP) de la Convention sur la diversité biologique (CDB) des Nations Unies s'ouvrira de manière virtuelle du 11 au 15 octobre, avant la tenue de négociations à proprement parler à Kunming, dans le sud-ouest de la Chine, du 25 avril au 8 mai 2022. Ce format a été retenu après plusieurs reports dus à l'épidémie de Covid-19. Elle s'intercale avec la COP26 sur le climat à Glasgow en novembre, où la nature devrait être mise en avant pour atténuer les effets du changement climatique de plus en plus dévastateurs. L'ouverture de la COP15 sera "une phase essentiellement protocolaire", a relevé Basile van Havre, un des deux co-présidents des négociations, lors d'une conférence de presse en ligne. Elle permettra la passation officielle entre l'Égypte, qui a présidé la COP14 en 2018, et la Chine. Pékin organise également un sommet ministériel en ligne les 12 et 13 octobre, avec "98 ministres de 94 pays", selon Basile van Havre et présentera un texte, la déclaration de Kunming. "Cette déclaration, nous l'espérons, soulignera davantage et reconnaîtra l'importance de la biodiversité pour la santé humaine, l'importance d'intégrer la biodiversité dans la prise de décision et servira d'outil pour créer l'impulsion politique" nécessaire aux négociations, a souligné Elizabeth Maruma Mrema, secrétaire exécutive de la CDB, dans un entretien à l'AFP. Les délégations membres de la CDB se sont retrouvées pour la dernière fois autour de la table à Rome en février 2020. Les négociations se sont ensuite tenues en ligne. Un texte présenté en juillet, qui sert de base aux discussions, comprend quatre grands objectifs à horizon 2050, avec dix jalons à 2030 et 21 cibles. Les cibles visent "à ce qu'au moins 30% des zones terrestres et des zones maritimes (...) soient conservées grâce à des systèmes de zones protégées et d'autres mesures de conservation efficaces" ou à limiter les pollutions agricoles ou plastiques. Sur le volet financier, il est proposé de porter les ressources financières "à au moins 200 milliards de dollars par an" tout en réduisant les subventions néfastes "d'au moins 500 milliards de dollars par an". (Belga)