Plus de 20 ans après l'adoption de cette loi, qui ne s'applique que lorsque la justice locale n'agit pas elle-même, Ecpat Belgique a analysé 13 procédures judiciaires entamées en Belgique pour exploitation sexuelle d'enfants à l'étranger. A défaut de base de données officielle, l'ONG s'est appuyée principalement sur les cas rapportés par la presse. "Même s'il n'y avait eu qu'une condamnation, cela aurait pu être considéré comme un succès. Néanmoins, de nombreux obstacles entravent encore la lutte contre l'impunité des abuseurs", souligne l'antenne belge du réseau Ecpat, dont l'acronyme signifie "End Child Prostitution, Pornography and Trafficking". L'association aimerait accroître la sensibilisation du grand public et rappelle que les voyageurs peuvent dénoncer des actes suspects sur le site internet www.jedisstop.be. Pour éviter les récidives, les employeurs doivent normalement exiger un extrait de casier judiciaire pour les postes en contact avec des mineurs. Mais, dans le cadre d'activités bénévoles, surtout si elles ont lieu à l'étranger, un tel document est très rarement demandé. L'association cite dès lors l'exemple "inspirant" du certificat de conduite néerlandais, délivré gratuitement aux organisations qui emploient au moins 70% de bénévoles. "C'est une piste", a réagi sur ce point Koen Geens, tout en ajoutant qu'il fallait trouver un équilibre avec le respect de la vie privée et la présomption d'innocence, car le certificat néerlandais mentionne toute poursuite entamée sans se limiter aux condamnations. (Belga)

Plus de 20 ans après l'adoption de cette loi, qui ne s'applique que lorsque la justice locale n'agit pas elle-même, Ecpat Belgique a analysé 13 procédures judiciaires entamées en Belgique pour exploitation sexuelle d'enfants à l'étranger. A défaut de base de données officielle, l'ONG s'est appuyée principalement sur les cas rapportés par la presse. "Même s'il n'y avait eu qu'une condamnation, cela aurait pu être considéré comme un succès. Néanmoins, de nombreux obstacles entravent encore la lutte contre l'impunité des abuseurs", souligne l'antenne belge du réseau Ecpat, dont l'acronyme signifie "End Child Prostitution, Pornography and Trafficking". L'association aimerait accroître la sensibilisation du grand public et rappelle que les voyageurs peuvent dénoncer des actes suspects sur le site internet www.jedisstop.be. Pour éviter les récidives, les employeurs doivent normalement exiger un extrait de casier judiciaire pour les postes en contact avec des mineurs. Mais, dans le cadre d'activités bénévoles, surtout si elles ont lieu à l'étranger, un tel document est très rarement demandé. L'association cite dès lors l'exemple "inspirant" du certificat de conduite néerlandais, délivré gratuitement aux organisations qui emploient au moins 70% de bénévoles. "C'est une piste", a réagi sur ce point Koen Geens, tout en ajoutant qu'il fallait trouver un équilibre avec le respect de la vie privée et la présomption d'innocence, car le certificat néerlandais mentionne toute poursuite entamée sans se limiter aux condamnations. (Belga)