Cela est dû au fait que le germanophone est le seul en Belgique à avoir déjà formé un gouvernement régional et au bon contact entretenu avec l'Allemagne, selon Oliver Paasch. "Le roi Philippe a insisté à plusieurs reprises sur le pont que constituait la communauté germanophone entre la Belgique et les autres pays germanophones en Europe", a souligné le ministre-président. "Il voit aussi dans ce rôle de médiateur une plus-value pour l'ensemble de la Belgique. Ce sont des éloges dont la Communauté germanophone peut être fière en ce centenaire du rattachement à la Belgique de la Communauté germanophone." Oliver Paasch a accordé une importance particulière à sa rencontre avec ses homologues de Thuringe et de Saxe-Anhalt, tout comme à celle des représentants du monde culturel et économique. "Nous collaborons depuis longtemps, surtout en ce qui concerne l'éducation, et nous avons pu renforcer ces contacts", s'est-il réjoui. Cette visite officielle fut également émouvante pour le couple royal, qui trouve ses racines à Gotha. La délégation a été marquée par la visite du camp de concentration de Buchenwald, où furent déportés 4.200 Belges entre 1940 et 1945. Parmi eux, plus de 500 y ont trouvé la mort. "Nous connaissions les chiffres, mais voir les images, écouter les histoires, cela nous a beaucoup touché", a conclu M. Paasch. (Belga)

Cela est dû au fait que le germanophone est le seul en Belgique à avoir déjà formé un gouvernement régional et au bon contact entretenu avec l'Allemagne, selon Oliver Paasch. "Le roi Philippe a insisté à plusieurs reprises sur le pont que constituait la communauté germanophone entre la Belgique et les autres pays germanophones en Europe", a souligné le ministre-président. "Il voit aussi dans ce rôle de médiateur une plus-value pour l'ensemble de la Belgique. Ce sont des éloges dont la Communauté germanophone peut être fière en ce centenaire du rattachement à la Belgique de la Communauté germanophone." Oliver Paasch a accordé une importance particulière à sa rencontre avec ses homologues de Thuringe et de Saxe-Anhalt, tout comme à celle des représentants du monde culturel et économique. "Nous collaborons depuis longtemps, surtout en ce qui concerne l'éducation, et nous avons pu renforcer ces contacts", s'est-il réjoui. Cette visite officielle fut également émouvante pour le couple royal, qui trouve ses racines à Gotha. La délégation a été marquée par la visite du camp de concentration de Buchenwald, où furent déportés 4.200 Belges entre 1940 et 1945. Parmi eux, plus de 500 y ont trouvé la mort. "Nous connaissions les chiffres, mais voir les images, écouter les histoires, cela nous a beaucoup touché", a conclu M. Paasch. (Belga)