Le gouvernement souhaite élargir la banque de données à toutes les formes de terrorisme et d'extrémisme, et à toutes les formes d'incitation à la haine, y compris les cas "potentiels" et "non validés". Mais cet élargissement n'est pas justifié, et certains concepts clés comme "incitation à la haine" et "haine" manquent d'une définition précise, estime la Commission vie privée. Par ailleurs, celle-ci s'interroge sur le nombre de services qui pourraient avoir accès à cette liste élargie de noms, d'autant plus que les services qui obtiendront l'accès à ces listes sensibles ne sont pas connus avec certitude. (Belga)

Le gouvernement souhaite élargir la banque de données à toutes les formes de terrorisme et d'extrémisme, et à toutes les formes d'incitation à la haine, y compris les cas "potentiels" et "non validés". Mais cet élargissement n'est pas justifié, et certains concepts clés comme "incitation à la haine" et "haine" manquent d'une définition précise, estime la Commission vie privée. Par ailleurs, celle-ci s'interroge sur le nombre de services qui pourraient avoir accès à cette liste élargie de noms, d'autant plus que les services qui obtiendront l'accès à ces listes sensibles ne sont pas connus avec certitude. (Belga)