"Nous allons publier de nouvelles règles en matière de transparence des prix très prochainement. Après avoir interdit les pratiques commerciales déloyales et améliorer la coopération entre producteurs, nous présentons un troisième élément visant à améliorer la position des agriculteurs dans la chaîne alimentaire et l'équité dans la chaîne d'approvisionnement", a expliqué Phil Hogan. La Commission estime que "l'ensemble du tableau de la transmission des prix tout au long de la chaîne alimentaire n'est pas dépeint de manière transparente". "Nous avons beaucoup de questions de la part de nos agriculteurs sur pourquoi un plus grand pourcentage des transactions dans la chaîne alimentaire va à des distributeurs ou des transformateurs. C'est pourquoi nous pensons qu'ouvrir ce débat et introduire de nouvelles lignes directrices apaiseront les inquiétudes dans certains cas", explique Phil Hogan. Les détails de la proposition sont attendus dans les prochains jours. Elle pourrait permettre de mettre en valeur les différences de prix à chaque étape de la transformation d'un produit agricole en prenant en compte les coûts de transports, d'assurance, de stockage, etc. Fin décembre, le Parlement et le Conseil s'étaient accordés pour interdire 16 pratiques commerciales jugées "déloyales" car imposées unilatéralement par un partenaire de l'échange à l'autre. Cela concernait par exemple les paiements tardifs et les annulations de commandes de dernière minute pour les produits périssables, les modifications unilatérales ou rétroactives des contrats ainsi que l'obligation faite au fournisseur de rembourser les produits invendus ou le refus de fournir des contrats écrits. Un an plus tôt, la première étape du plan de la Commission pour rendre du pouvoir de négociation aux agriculteurs au sein de la chaîne d'approvisionnement alimentaire avait consisté à renforcer les droits des organisations de producteurs. (Belga)