Le commissaire belge est venu exposer en salle de presse les recommandations actualisées de la Commission en matière de déplacements intra-UE. C'était dans l'optique de permettre une certaine reprise des voyages que la Commission avait présenté en mars dernier sa proposition d'un "certificat" sanitaire commun, censé être reconnu de la même manière dans tous les États membres comme preuve de vaccination contre le Covid-19, d'un dépistage négatif ou d'un rétablissement récent. Entre-temps, cet outil numérique est largement utilisé, et également reconnu dans des dizaines de pays hors-UE. En interne, les pays l'utilisent également dans le cadre de mesures restrictives pour l'accès au restaurant ou autre, comme le fait la Belgique avec son "CST". "Les États membres ont déjà délivré plus de 650 millions de tels certificats", a indiqué Didier Reynders jeudi. "Je suis ravi que cet outil soit devenu une référence." Si le certificat était vu comme une solution temporaire, la réalité de la pandémie fait en sorte qu'il devra selon toute vraisemblance être utilisé plus longtemps que prévu. "La Commission proposera en temps utile la prolongation du règlement au-delà de l'été prochain", a informé le commissaire. Au fur et à mesure de l'évolution de la pandémie, les connaissances changent, et la question de la durée d'efficacité des vaccins contre le Covid-19 autorisés en Europe s'est invitée de manière accrue dans le débat ces dernières semaines. Les nouvelles recommandations que la Commission va soumettre au Conseil (États membres), et qu'elle souhaite voir entrer en vigueur au 10 janvier prochain, tentent de répondre à cette question. "Des États membres ont commencé à adopter des règles sur la durée d'acceptation du certificat de vaccination. Nous voyons un risque évident que des approches divergentes entre pays puissent mettre en péril la confiance dans le système du certificat Covid européen et la libre circulation", a expliqué Didier Reynders. Sur base des dernières évaluations de l'ECDC, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, la Commission propose ainsi "une période de validité standard de 9 mois pour une première vaccination complète". Cela tient compte des 6 mois après lesquels l'efficacité du vaccin diminuerait, selon l'ECDC, avec 3 mois supplémentaires pour permettre l'adaptation des campagnes de vaccination nationales et l'administration des doses de rappel. Si les nouvelles recommandations sont validées, les certificats européens de vaccination complète ne seront donc plus valides après 9 mois, sauf s'il y a eu dose de rappel. (Belga)

Le commissaire belge est venu exposer en salle de presse les recommandations actualisées de la Commission en matière de déplacements intra-UE. C'était dans l'optique de permettre une certaine reprise des voyages que la Commission avait présenté en mars dernier sa proposition d'un "certificat" sanitaire commun, censé être reconnu de la même manière dans tous les États membres comme preuve de vaccination contre le Covid-19, d'un dépistage négatif ou d'un rétablissement récent. Entre-temps, cet outil numérique est largement utilisé, et également reconnu dans des dizaines de pays hors-UE. En interne, les pays l'utilisent également dans le cadre de mesures restrictives pour l'accès au restaurant ou autre, comme le fait la Belgique avec son "CST". "Les États membres ont déjà délivré plus de 650 millions de tels certificats", a indiqué Didier Reynders jeudi. "Je suis ravi que cet outil soit devenu une référence." Si le certificat était vu comme une solution temporaire, la réalité de la pandémie fait en sorte qu'il devra selon toute vraisemblance être utilisé plus longtemps que prévu. "La Commission proposera en temps utile la prolongation du règlement au-delà de l'été prochain", a informé le commissaire. Au fur et à mesure de l'évolution de la pandémie, les connaissances changent, et la question de la durée d'efficacité des vaccins contre le Covid-19 autorisés en Europe s'est invitée de manière accrue dans le débat ces dernières semaines. Les nouvelles recommandations que la Commission va soumettre au Conseil (États membres), et qu'elle souhaite voir entrer en vigueur au 10 janvier prochain, tentent de répondre à cette question. "Des États membres ont commencé à adopter des règles sur la durée d'acceptation du certificat de vaccination. Nous voyons un risque évident que des approches divergentes entre pays puissent mettre en péril la confiance dans le système du certificat Covid européen et la libre circulation", a expliqué Didier Reynders. Sur base des dernières évaluations de l'ECDC, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, la Commission propose ainsi "une période de validité standard de 9 mois pour une première vaccination complète". Cela tient compte des 6 mois après lesquels l'efficacité du vaccin diminuerait, selon l'ECDC, avec 3 mois supplémentaires pour permettre l'adaptation des campagnes de vaccination nationales et l'administration des doses de rappel. Si les nouvelles recommandations sont validées, les certificats européens de vaccination complète ne seront donc plus valides après 9 mois, sauf s'il y a eu dose de rappel. (Belga)